«Dimitri était vraiment un artiste unique»

Carnet noirLa disparition mardi à l'âge de 80 ans de l'artiste touche un grand nombre de personnalités.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le clown Dimitri est décédé mardi soir après un malaise. Agé de 80 ans, il était encore dimanche sur les planches du Teatro Monteverita, à Ascona (TI). Plusieurs personnalités se souviennent de l'homme comme de l'artiste.

Emil Steinberger, comédien et humoriste «A chaque fois que nous avions rendez-vous, nous étions assis vis-à-vis et je regardais ses yeux, ses grands yeux. Il était toujours très attentif et tout d’un coup cet immense sourire, cet éclat lumineux à la fois unique et impressionnant. On pouvait parler des heures des problèmes du monde, du théâtre, des artistes mais… jamais avant trois heures de l’après-midi. Avant ? Il avait toujours quelque chose à faire, comme tester ou répéter avec ses instruments, comme faire son salto, son exercice quotidien.»

«On voyait l’artiste – unique - sur scène, mais derrière, il y avait ce travailleur acharné, cette volonté de donner et d’obtenir le meilleur de lui-même. Perfectionniste. Obstiné. Mais… encore sur tous les fronts. Il a fait du dessin un espace où il se laissait aller à davantage de gaieté et d’humour mais c’était aussi, avec sa femme un entrepreneur. Il a acheté des maisons pour ouvrir son école, son musée, l’université. C’est beaucoup en même temps pour seul homme, pour un petit homme, mais un si grand artiste. »

«La première fois que nous nous sommes rencontrés cela devait être en 1967, j’avais alors ouvert mon «Kleintheater» à Lucerne mais lui était à l’affiche au Théâtre de la ville. Je suis allé le trouver pour lui expliquer que s’il avait eu 500 spectateurs en une soirée dans ce dernier, il pouvait en avoir cinq fois plus en venant plusieurs soirs de suite chez moi. Pour le convaincre, j’ai bénéficié de la complicité de sa femme qui m’a raconté l’année dernière lui avoir dit à ce moment-là: «Tu devrais aller voir, il y un homme tellement sympa qui te propose quelque chose.» On a parlé dans sa loge pendant qu’il se démaquillait et il est venu. Sa volonté a été, est et restera un exemple.»

Tobias Richter, directeur du Grand Théâtre à Genève et du Festival Septembre musical Montreux-Vevey «Après avoir fréquenté ses spectacles alors que j'étais encore écolier, nous sommes devenus très amis et depuis de très nombreuses années. Et dès que j'ai eu l'honneur de diriger un théâtre, je l’ai invité lui tout seul ou alors avec sa troupe. Il avait même accepté de signer sa première mise en scène d’un opéra « la Finta Giardinera » alors que j’étais encore à Brême. Ensuite nous avons collaboré ici en Suisse ou ailleurs pour «L’histoire du soldat». C’était plus qu’un grand artiste, Dimitri c’est un être qui impressionne par sa simplicité, son grand cœur, sa gentillesse, une immense personnalité ce qui explique pourquoi et comment il a pu séduire tant de publics différents et à travers les générations. Il est aussi celui qui a réussi à fondre les univers les uns dans les autres, celui du cirque, du théâtre, de la musique avec une rare simplicité et avec un naturel incroyable. Vraiment un personnage unique ! La musique, il la ressentait, il l’appréhendait presque en autodidacte, mais j’ai toujours été très impressionné par la conscience qu’il avait de ses moyens et de ses capacités. Très humble. Modeste avant tout. Il se sous-estimait presque. Authentique, il ne suivait pas les modes mais il a réussi à créer son propre genre. »

Grégoire Furrer, patron du Montreux Comedy Festival «Au moment de monter la première édition du Festival de clowns à Loèche-les-Bains, je lui avais demandé de faire l’affiche, ce qu’il avait immédiatement accepté. Il a vraiment et dans tous les sens de l’expression réussi à faire rire le monde. Dans le monde de l’humour, Dimitri est l’artiste suisse le plus connu au monde, alors il est clair que son parcours a été très inspirant pour moi. Ce qu’il a fait, c’est un peu ma quête.»

Stéphanie Chuat, réalisatrice «Il avait l'air éternel, je ne peux vraiment pas penser qu'il n'est plus là. Avec Howard Buten (le clown Buffo), il est de ceux qui m'ont donné l'envie et la force nécessaire pour me lancer dans ce métier. Je me souviens, adolescente, de vacances au Tessin où j'allais voir ses spectacles totalement émerveillée, des spectacles transcendés par la multitude de personnages comme par ses acrobaties avec des balles de ping-pong. J'étais fascinée! Combien de fois n'ai-je pas ensuite rempli mes joues de grains de raisin pour l'imiter? Ensuite j'ai suivi trois mois de cours dans son école où régnait cet esprit de groupe, cet esprit totalement différent d'une école où le théâtre de texte est enseigné. Il avait pénétré l'universalité du silence et savait la rendre. »

Daniele Finzi Pasca, metteur en scène et concepteur de la Fête des Vignerons 2019 «Il y a cette tendresse énorme, infinie. Elle a fait partie de sa façon de jouer, d'être sur scène et d'être en société. C'était caractéristique de sa façon d'analyser la vie, la société et même la politique. Dans une époque où chacun veut crier plus fort que l'autre., il a su donner la sensation que la tendresse avait encore sa place et un espace d'expression. Il l'a fait avec toute sa poétique en cherchant à inscrire cette tendresse dans le présent pour que les choses puissent être meilleures.»

Michel Caspary, directeur du Théâtre du Jorat «Nous l’avions accueilli en 2012 pour un spectacle en faveur de la Fondation Théodora. Avec son sourire à la Micheline Calmy-Rey, il était d’une gentillesse et d’une générosité… Seul, il pouvait tenir en haleine une audience de 1000 personnes, du premier au dernier rang.»

Créé: 20.07.2016, 17h53

Articles en relation

Le clown Dimitri est décédé à 80 ans

Suisse L'artiste a tiré sa révérence dans la nuit de mardi à mercredi, selon RSI. Dimitri avait 80 ans. Plus...

L’art poétique éternel de Dimitri

Hommage Le plus célèbre des clowns suisses s'est éteint à 80 ans. Réactions dans le milieu du spectacle. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.