L’esprit d’Anna Politkovskaïa ouvre la porte de la Grange

ThéâtreLa cinéaste Dominique de Rivaz met en scène «Femme non rééducable», sur la journaliste russe assassinée. Rencontre

La cinéaste Dominique de Rivaz (debout) signe sa première mise en scène de théâtre avec la comédienne et complice Dominique Bourquin.

La cinéaste Dominique de Rivaz (debout) signe sa première mise en scène de théâtre avec la comédienne et complice Dominique Bourquin. Image: VANESSA CARDOSO

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il a fallu la lecture de Femme non rééducable de Stefano Massini pour que Dominique de Rivaz, surtout connue pour son travail de cinéaste (Mein Name ist Bach), mais aussi écrivain et photographe, s’attelle à une mise en scène de théâtre. Sous-titrée Mémorandum théâtral sur Anna Politkovskaïa, la pièce évoque la figure de la journaliste russe assassinée en 2006, devenue célèbre par sa couverture du conflit tchétchène et sa dénonciation acharnée de la corruption en Russie.

«Ce texte, œuvre littéraire qui développe un style, un rythme, relève d’une telle évidence qu’il m’a donné le courage – je dirais même la témérité – de me lancer, après une longue vie de création, dans un domaine que je ne connais pas», confie la débutante sexagénaire.

«Massini avait déjà réalisé un film, ce n’était donc pas une bonne idée, et comme je savais que j’avais une comédienne pour le rôle, je n’ai pas hésité: je l’ai aussitôt appelée. Elle était prête.» Elle, c’est Dominique Bourquin, qui endosse donc en solitaire cette partition d’une quarantaine de pages où se bousculent les voix.

Les voix de la Russie

«Avec ce texte, il ne s’agit pas d’incarner Anna Politkovskaïa à travers ses carnets, mais d’orchestrer aussi des voix: un narrateur, un soldat russe, un médecin ou Kadyrov», précise la principale intéressée, elle-même habituée de la mise en scène qui a prodigué ses conseils à son amie. «Elle sait très bien dire non à son professeur!»

Toutes les pistes de l’enquête sur l’élimination de la journaliste de la Novaïa Gazeta mènent en effet à Ramzan Akhmadovitch Kadyrov, actuel président de la République de Tchétchénie, que l’investigatrice avait souvent mis en cause. Même si rien n’a évidemment pu être prouvé…

«Cette pièce est aussi l’occasion de reparler de la Tchétchénie où l’armée de Kadyrov sème toujours une terreur totale, reprend Dominique de Rivaz. Massini cite des chiffres dans son texte: il parle de 5000 hommes à la disposition de Kadyrov pour son armée privée mais, selon d’autres estimations, il en aurait 30 000!»

«Eviter le pathos»

La nouvelle arrivante en mise en scène a cherché à ne pas emprunter «un ton militant». «Mais la pièce relève sans aucun doute du théâtre engagé, complète Dominique Bourquin. Nous avons toutefois cherché à éviter le pathos.» La dimension politique n’en reste pas moins omniprésente. Les deux femmes ont ainsi opéré des ajouts au texte. «Nous avons cité Poutine en introduction», revendique Dominique de Rivaz avec défi.

L’esprit combatif d’Anna Politkovskaïa imprègne la pièce… «Parfois, cela me fait un peu peur», avoue avec sérieux la comédienne quand on demande en riant si l’ambassade de Russie ne s’est pas manifestée. «Un journaliste m’a en tout cas conseillé de ne pas prévoir un voyage en Tchétchénie», indique la metteuse en scène.

Le courage paie pourtant. Créée à La Chaux-de-Fonds, Femme non rééducable a suscité émotions et soutiens. «Au cinéma, on travaille vite et par petits bouts. Tout est découpé. Sur la pièce, après trois mois de répétition en profondeur, un miracle peut se produire. Deux jours avant la première, je me suis rendu compte que la pièce existait sans moi. Et la standing ovation parlait d’elle-même.»

Créé: 03.03.2016, 21h36

Infobox

Lausanne, La Grange de Dorigny
Jusqu’au di 6 mars
Rens.: 021 692 21 27
www.grangededorigny.ch

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.