Etreintes dans la Nuit des images

PhotographieSamedi, le Musée de l’Elysée embrasse la nuit et c'est gratuit. Entretien avec Joan Fontcuberta, artiste qui allume «La furie des images».

«Le monde est né à chaque baiser», œuvre murale à Barcelone de Fontcuberta composée de 4000 photographies en tuiles où chaque pièce est une image envoyée par le public et représentant leur idée de la liberté.

«Le monde est né à chaque baiser», œuvre murale à Barcelone de Fontcuberta composée de 4000 photographies en tuiles où chaque pièce est une image envoyée par le public et représentant leur idée de la liberté. Image: © Joan Fontcuberta

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La photographie n’a peut-être pas rendez-vous avec la lune, mais la Nuit des images du Musée de l’Elysée, samedi, va lui faire rencontrer toutes sortes de dimensions, de la musique à la danse (avec Die Polstergruppe où officie Stephan Eicher) en passant par le son ou le film. Dans cette grande fête visuelle, ouverte autant aux petits qu’aux grands, règne la profusion et il vaut la peine d’aller se perdre dans les bosquets (où Camille Scherrer illuminera votre ventre) ou dans la grotte des jardins (où Clément Lambelet multiplie les commentaires sur la première image de l’histoire de la photo, de Niépce).

Parmi les propositions fortes de cette 7e édition, il en est une à ne pas rater: l’intervention de Joan Fontcuberta. Avec sa projection de près d’une heure sur le Grand Ecran (à 22 h 30), La furie des images, l’artiste catalan vous emmènera justement, avec un grand sens du jeu, dans cette pléthore d’images de la post-photographie. «La photo était une écriture, une affaire d’experts. Elle est devenue un langage, affaire de tous.»

Enseignant dans des universités réputées, auteur d’essais pointus sur la photographie, le sexagénaire refuse pourtant d’être étiqueté théoricien. «J’ai commencé ma carrière dans les années 70, dans la foulée du structuralisme, du situationnisme, mais c’est l’art conceptuel qui m’a beaucoup appris. Et notamment une chose: que parler de l’art, c’est aussi faire de l’art. Une œuvre s’accompagne, que ce soit devant des étudiants, dans une expo ou, ici, à la Nuit. Comme le disait László Moholy-Nagy du Bauhaus: les analphabètes du futur seront ceux qui ne seront pas capables de faire une photo. Mais, avec le processus de la photo automatisée, tout le monde en fait. Nous sommes capables d’écrire, mais pas forcément de lire. Nous vivons un paradoxe.»

Massification des images

Ce grand connaisseur des derniers développements de la photographie n’a pas la science ennuyeuse et sa projection promet de parcourir avec humour cette «massification des images» qui caractérise notre époque. «On a gardé 25 tableaux du peintre Vermeer, mais chacun d’entre nous peut facilement prendre une centaine d’images par jour avec son téléphone. Nous produisons tellement d’images qu’il devient mathématiquement impossible de toutes les voir, ces images deviennent invisibles.»

Pour cet artiste qui se déclare aussi «curieux du travail de ses collègues» que de la façon dont la société use des nouvelles technologies de l’image, il y a deux stratégies artistiques aujourd’hui. «Soit il y a recyclage d’images existantes, avec cette idée qu’il faut cesser de polluer et donner une nouvelle vie à des images en léthargie. Soit il y a recherche d’images manquantes.»

Et l’érudit des inventions contemporaines de donner plusieurs exemples amusants (et réalisés!) de ces deux voies. Celle qui consiste à imprimer toute la production d’un site comme Flickr en une journée, soit 1,5 million d’images. «Si vous les regardez à la mesure d’une par seconde, il vous faudra une semaine.» Pour ce qui est des images manquantes, un artiste a inventé un appareil photo connecté à Internet qui mesure le nombre de prises de vue déjà effectuées sur le site où vous êtes et qui vous interdit de déclencher si votre image n’est pas inédite…

A l’heure de l’impératif du selfie, il y a aussi l’alternative de la guérilla, comme cet homme armé d’une pince se baladant parmi les touristes pour couper les perches à selfie. Très drôle.

Créé: 23.06.2017, 15h28

La Nuit des images

Lausanne, Musée de l’Elysée
Samedi 24 juin (dès 16 h).
Entrée libre.
Rens.: 021 316 99 11
www.nuitdesimages.org
www.elysee.ch

(Image: Fond. Vincent Van Gogh, Arles)

Stephan Eicher presque incognito

Les tubes du Bernois ne devraient pas faire partie de ce voyage. Le musicien n’est en effet qu’un membre parmi d’autres de Die Polstergruppe, formation qui cherche de nouvelles manières d’appréhender la musique, dans le calme et la volupté. Avec les étoiles en surplomb et un choix de films de John Armleder.
Grand écran, 0 h-1 h 30

(Image: Anthony Rochat)

Sautez, vous êtes photographié!

Parmi les nombreuses animations participatives pour petits et grands, celle-ci a donné son visuel à la Nuit des Images. Sur le modèle du «Saut dans le vide» d’Yves Klein en 1960, le musée vous incite à suivre l’exemple du plus célèbre judoka plasticien de France qui s'élançait dans le vide, les bras écartés. Rassurez-vous, l’artiste des fameux monochromes avait eu recours au photomontage pour cette image frappante, mais qui interrogeait la crédibilité de la photographie. Le Musée de l’Elysée a aussi ses astuces et les plus «courageux» repartiront avec leur cliché.
16 h-1 h 30 (interruption
de 22 h à 23 h)
Dès 12 ans

(Image: Courtesy coll. Mervyn Heard)

Lanterne magique

L’expo actuelle de l’Elysée, «Diapositive» (à visiter pendant la Nuit des images), mentionne évidemment l’ancêtre de la projection: la lanterne magique. Jeremy Brooker réactive le processus, sur des images très foraines.
17 h, 18 h 30, 21 h et 22 h 30 (inscriptions à l’accueil)

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.