Passer au contenu principal

L'Europe sombre avec Milo Rau à Vidy

Le metteur en scène suisse présente «Dark Ages», deuxième volet de sa «Trilogie de l’Europe». Interview.

«Le théâtre est avant tout une invitation à voyager, même si, en ce qui me concerne, c’est pour comprendre qu’il n’y a plus de voyage possible, car plus d’ailleurs dans notre monde.»
«Le théâtre est avant tout une invitation à voyager, même si, en ce qui me concerne, c’est pour comprendre qu’il n’y a plus de voyage possible, car plus d’ailleurs dans notre monde.»
Keystone

A 38 ans, Milo Rau – l’un des Prix suisses du théâtre de l’an dernier – s’est déjà fait un nom sur les plus grandes scènes européennes en empoignant sans hésiter des thématiques politiques extirpées brûlantes d’un passé souvent proche. Hate Radio (2011) rappelait les massacres rwandais, La déclaration de Breivik (2012) interrogeait la tuerie norvégienne d’Utøya et Les procès de Moscou (2013) revenait sur la condamnation des filles russes de Pussy Riot. Pour le premier volet de sa Trilogie de l’Europe, The Civil Wars, il rencontrait d’innombrables djihadistes européens partis se battre en Syrie. Dès jeudi soir, et pour deux représentations seulement, le Bernois en présente le deuxième chapitre. Entretien avec un metteur en scène joint mercredi par téléphone à Vienne et qui sacrifiait une partie de son apéro avec une comédienne pour nous répondre.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.