Passer au contenu principal

L'exposition Chicago Calling à voir dès jeudi

L'exposition est consacrée à Henry Darger, auteur originaire de Chicago, et à cinq autres artistes autodidactes également natifs de cette ville.

Chicago Calling est l'occasion de (re)découvrir Henry Darger (1892-1973), l'un des plus célèbres représentants de l'art brut aux Etats-Unis.
Chicago Calling est l'occasion de (re)découvrir Henry Darger (1892-1973), l'un des plus célèbres représentants de l'art brut aux Etats-Unis.
Collection de l’Art brut

La Collection de l’Art brut à Lausanne accueille dès vendredi et jusqu'au 30 août l’exposition Chicago Calling. Elle est consacrée à Henry Darger, auteur originaire de Chicago, et à cinq autres artistes autodidactes également natifs de cette ville.

Déjà présentée à lntuit - The Center for intuitive and Outsider Art - à Chicago, à la Halle Saint-Pierre à Paris et au Kunsthaus de Kaufbeuren en Allemagne, Chicago Calling est l'occasion de (re)découvrir Henry Darger (1892-1973), l'un des plus célèbres représentants de l'art brut aux Etats-Unis. A ses côtés figurent Lee Godie, Mr. Imagination, Pauline Simon, Wesley Willis et Joseph E. Yoakum.

Les œuvres de ces artistes proviennent d’Intuit et de collections privées américaines mais aussi, pour ce qui concerne Henry Darger, du fonds de la Collection de l’Art brut. Celle-ci possède un important corpus d'oeuvres de l'auteur grâce à une donation exceptionnelle. Elle l'a régulièrement exposé à partir de 1987.

Vie solitaire

Après une enfance de brimades en foyer et dans une institution pour handicapés mentaux, Henry Darger travaille comme plongeur et nettoyeur dans plusieurs hôpitaux de Chicago jusqu’à sa retraite en 1963. Témoin de la destruction d'une ville par une tornade en 1913, il est fasciné par les phénomènes météorologiques.

Catholique pratiquant, Henry Darger assiste à la messe plusieurs fois par jour. Il mène une vie solitaire, recluse et discrète. A sa mort, son logeur, le photographe Nathan Lerner, découvre une autobiographie de 2000 pages, ainsi qu’une œuvre littéraire dactylographiée de plus de 15'000 feuillets.

Oeuvre colossale

Ces écrits épiques relatent la confrontation des forces du bien et du mal. Ils sont accompagnés de plusieurs centaines d’aquarelles, sortes de panoramas recto verso de très grands formats. Cette œuvre colossale a été réalisée à la tombée de la nuit, dans l’intimité de sa chambre, à partir de toutes sortes d’objets (journaux, images religieuses, chaussures,...).

Ses compositions s’inspirent aussi d’albums de coloriage, des comics américains et de la littérature enfantine du début du 20e siècle. Elles relèvent à la fois des techniques du collage, du décalque et du dessin à l’aquarelle.

Art brut aux Etats-Unis

Si lntuit, le centre consacré à l’Outsider Art et à l’art brut aux Etats-Unis, a été fondé en 1991, les milieux artistiques de Chicago se sont intéressés à cette forme artistique dès les années 1940. En 1951, Jean Dubuffet, le père de l'art brut, prononce sa célèbre conférence Anticultural Positions à Chicago, suscitant beaucoup d’enthousiasme dans les milieux avertis.

Sa collection personnelle sera d'ailleurs entreposée pendant dix ans chez un ami peintre près de New York. Elle sera vue par des personnes influentes du milieu, dont les peintres Jackson Pollock et Willem de Kooning.

Dans les années 1960, un groupe d’artistes connu sous le nom d’Imagistes de Chicago commence à collectionner des œuvres situées en dehors du champ officiel de l’art. Elles vont dès lors s'imposer rapidement aux collectionneurs, marchands et conservateurs de la ville.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.