«Le Festival revient à la cité mais reste ouvert sur la ville»

LausanneAprès la polémique de l'an passé, Myriam Kridi, directrice, a imaginé une 46e édition qui retrouve les vieux pavés. Interview.

Le rendez-vous estival retrouve son site historique mais conquiert aussi de nouveaux lieux.

Le rendez-vous estival retrouve son site historique mais conquiert aussi de nouveaux lieux. Image: Vanessa Cardoso

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Après trois années extra-muros et une dernière édition mouvementée, le festival fait son grand retour à la Cité. Une décision prise sous la contrainte?

Pas du tout. En arrivant à la direction du festival, je n’avais sans doute pas mesuré tout l’attachement des Lausannois à une localisation de la manifestation dans la vieille ville ni toute la difficulté de faire circuler le public du nord au sud de Lausanne. Mais, cette année encore, j’avais la liberté de proposer d’autres sites, plus à l’extérieur, puisque l’engagement du conseil de fondation, pris en août 2016, promettait de conserver avant tout le cœur de la manifestation dans la Cité. L’aménagement dévoilé ce matin est, donc, vraiment le fruit de nos envies et de logiques liées aux éléments logistiques.

Vous avez pourtant été engagée en défendant le projet d’un festival éclaté dans la ville.

D’un festival ouvert sur la ville, plutôt. Sur le fond, je n’ai d’ailleurs pas changé d’avis: je souhaite toujours défendre l’idée et la philosophie d’un festival qui s’adresse à tous les Lausannois et porte son regard sur la Cité au sens large, d’une manifestation qui réfléchit à l’espace urbain et public. A l’avenir, il y aura sans doute à nouveau des propositions excentrées. Mais, cette année, toutes les réflexions nous ont poussés au périmètre tel que présenté. Avec l’équipe du festival, j’ai réalisé un travail d’orfèvre pendant plusieurs mois afin de trouver le meilleur aménagement possible pour l’ensemble de la manifestation. J’ai repris et analysé les plans des dix dernières éditions.

Qu’est-ce qui a dicté, finalement, vos choix?

L’écrin du festival a été réfléchi de manière esthétique et pratique, par rapport aux questions sonores et aux flux, par exemple. La disposition des sept scènes du festival a été entièrement repensée pour favoriser une expérience agréable. Un soin tout particulier a été porté à l’adéquation entre le lieu et la proposition artistique. Ce qui fait le charme de la Cité, ce sont ses espaces relativement petits et intimes. Mais les contraintes qui en découlent sont nombreuses et il s’agissait de trouver des lieux où permettre l’accueil de propositions ambitieuses et, surtout, de permettre au plus grand nombre de spectateurs de découvrir les spectacles. Un festival gratuit et pluridisciplinaire, dédié à la découverte, perd son sens si le public ne peut apprécier la programmation.

Rue Pierre-Viret fermée à la circulation, propositions artistiques sur le pont Bessières… Les autorisations ont-elles été faciles à obtenir?

Tout se négocie très difficilement. Et je l’ai découvert cette année: la Cité n’appartient pas qu’à Lausanne. Une partie du territoire dépend du Canton. Nous attendons, d’ailleurs, encore la dérogation en ce qui concerne la limite autorisée en matière de décibels. A l’instar de Label Suisse, on espère pouvoir offrir aux musiciens des conditions décentes.

Des rêves n’ont-ils pu se réaliser?

Nous avions imaginé un projet dans le nouveau Parlement. L’occasion était idéale pour permettre à la population de s’approprier ce nouveau lieu où se discutent les choses, mais l’Etat a refusé d’entrer en matière.

La polémique de 2016 est donc entièrement du passé?

Oui. J’ai trouvé injuste la manière avec laquelle certains ont condamné mon projet artistique avant même de le connaître. De notre côté, nous avons fait des erreurs en matière de communication. Mais, aujourd’hui, les discussions avec les habitants et les commerçants sont très constructives. Nous sommes maintenant impatients de voir comment le public va s’approprier ce que l’on prépare depuis de nombreux mois.

Cliquez dessus pour agrandir

Créé: 28.04.2017, 07h15

Articles en relation

Le Festival de la Cité reconquiert la vieille ville et... ses alentours

La directrice Myriam Kridi dévoile le périmètre de la manifestation qui retrouvera les vieux pavés lausannois mais s'installera aussi sur la rue Pierre Viret ou le Pont Bessières. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 19 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...