Le festival de Saint-Prex a rendez-vous avec sa lune

Intérieur extérieurUn dôme révolutionnaire, gonflé à l’hélium, chapeautera la nouvelle scène de l’événement musical

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pour les beaux yeux d’Hazeline van Swaay, les chercheurs de l’EPFL ont décroché la lune. Harponnée, plutôt. Saisie par neuf discrets filins qui retiendront l’astre luminescent dans le ciel de Saint-Prex, du 23 août au 2 septembre. Explications.

Dès 2010, le festival St Prex Classics s’interroge. Victime de son succès, il l’est également de sa configuration unique, qui fait à la fois son charme et ses limites. Les rues étroites du Vieux-Bourg attirent par leur authenticité mais interdisent a priori tout agrandissement. Pas question d’exporter hors des vénérables murs «l’âme» du festival qui, depuis 2006, opère un prestigieux brassage des genres, réunissant sur une même scène, au cœur du village, stars de la danse et de la musique classique. Cette année, Nigel Kennedy reviendra parrainer de jeunes talents, Gautier Capuçon sera là pour la 5e?fois et l’économiste Jacques Attali assouvira sa passion: diriger un orchestre!

«Jusqu’alors, la scène était installée dans le bourg, au croisement de deux rues. Elle faisait 8?mètres de large et le grand jeté des danseurs se terminait facilement dans une rue adjacente», raconte Hazeline van Swaay, fondatrice et présidente du St-Prex Classics. Autre écueil: la largeur de la rue ne permettait pas de dépasser 200?spectateurs par soir – d’où des billets onéreux et une réputation de festival élitiste. En été 2010, l’ancienne chasseuse de têtes part à la pêche aux propositions pour résoudre la quadrature du cercle. L’EPFL planche sur la question et rend sa copie, acceptée avec enthousiasme.

La chose se nomme Luna, une structure en trois parties. Au sol, une scène de 17?mètres de large et des gradins de bois de 700?places, «découpés» selon une parcelle du théâtre antique grec d’Epidaure (IIIe siècle av. J.-C.). Surplombant l’ensemble, un anneau métallique auquel seront accrochés trois câblages composés de trois filins chacun.

Arrimée à cet anneau (en cas de mauvais temps, afin d’abriter public et artistes) ou déployée dans le ciel, à 50?mètres d’altitude, une demi-sphère blanche et luminescente, éclairée par des spots internes et remplie d’hélium. Ce «lune» de 25?mètres de diamètre, réalisé en membrane de polyamide (sorte de toile plastifiée), sera à la fois un élément pratique au bon déroulement des spectacles et l’emblème du festival, visible des kilomètres à la ronde.

A l’EPFL, Luna a été imaginée par l’architecte et professeur Dieter Dietz et son équipe de l’Atelier de la conception de l’espace (ALICE). S’il ne se glorifie pas d’une réalisation technologique folle, avec ce système plus original dans son concept que dans sa fabrication, il se réjouit du possible «rayonnement international pour un projet développé et opéré à un niveau local. Il est important pour l’EPFL, à travers cet exemple spectaculaire, de montrer son savoir-faire aux habitants du canton.» Il précise que le treuillage du «ballon» sera manœuvré par un pilote de montgolfière professionnel.

Ecrin préservé

Dans cette nouvelle configuration, la Grand-Rue devient le festival off et le foyer, avec la billetterie et les stands des commerçants locaux. On entrera dans la «salle» en franchissant le portique de la tour de l’Horloge par le sud: scène et gradins couvriront toute la place. «L’écrin du festival est conservé, insiste Hazeline van Swaay. Cette réalisation moderne s’inscrit idéalement dans le patrimoine ancien de Saint-Prex – elle le met en valeur.»

D’où la réaction des autorités vaudoises, qui ont soutenu le projet Luna par le biais d’un prêt sans intérêt, au titre de la promotion économique. Devisée à 2,75 millions de francs, l’infrastructure a déjà trouvé un sponsor principal pour plus de la moitié de son coût. «Nous attendons la réponse d’autres partenaires, précise Antoine Casanova, responsable de la communication. L’investissement de Luna sera aussi amorti via sa location à d’autres festivals ou événements.»

Quant au contenu artistique du festival, il demeure cette somme de rencontres aventureuses entre mondes soudain décloisonnés, voulue par Hazeline van Swaay. Qui raconte le plaisir de ses invités de marque à rompre un instant avec les codes et les frontières de leurs disciplines respectives. Plusieurs mondes sur une même scène. Et, idéalement, plusieurs publics rassemblés. «Notre capacité nous permettra d’accueillir un total de 5500?spectateurs, précise la présidente. Cela nous autorisera des places à partir de 35 ou 40?francs.» Le budget du festival hors infrastructure se monte à 1 million de francs, soutenu par des mécènes et, à hauteur de 300?000?francs, par le Département de l’économie.

Pour Saint-Prex et son festival, le pari est d’importance: il tient sur un fil, ou plutôt sur neuf filins. Solides!

Saint-Prex, place de l’Horloge et Vieux-Bourg du je 23 août au di 2 septembre. Rens: 021?806?30?45. Loc.: Ticketcorner www.stprexclassics.com

Créé: 11.05.2012, 23h04

Luna en chiffres

2,75 millions de francs: le coût de construction de l’infrastructure totale.
20 000 francs: le coût de l’étude réalisée par l’EPFL.
2,5 tonnes: la tension sur les filins, ou «poids négatif», du ballon rempli d’hélium (gaz inerte plus léger que l’air).
50 mètres: la hauteur maximum du ballon déployé dans les airs.
25 mètres: son diamètre.
9: le nombre de filins qui, par grappes de trois, assureront l’arrimage du ballon.
3: le nombre de moteurs qui permettront la montée et la descente du ballon.
Août 2012: au début du mois, premiers essais sur place au format réel, avant le festival du 23 août au 2 septembre.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.