Passer au contenu principal

La «génération Morisod» orchestre son confinement au micro d’Option Musique

«Le Ranz des vaches» est réclamé par les auditeurs de la chaîne musicale, comme Mireille Mathieu, Bourvil ou Marie Laforêt.

Bernard Romanens est la vedette surprise d’Option Musique.
Bernard Romanens est la vedette surprise d’Option Musique.
DR

«Le marchand de bonheur» des Compagnons de la Chanson, «Ca ira mieux demain», d’Annie Cordy ou les «Milles colombes» de Mireille Mathieu, tels sont les messages de bienveillance adressés à longueur de journée sur les ondes d’Option Musique, qui se laisse dicter sa programmation par les auditeurs pendant la crise du Coronavirus. Mais les artistes français n’arrivent pas à la cheville d’un homme qui revient quotidiennement dans les demandes et reste malgré tout peu présent sur les ondes francophones: Bernard Romanens, le fameux chanteur du Ranz des Vaches. «Il n’a jamais été remplacé, j'en ai encore les frissons», explique cet Yverdonnois pourtant trop jeune pour l’avoir vu à la Fête des Vignerons de 1977. L’armailli est convoqué chaque matin sur les ondes, avant des vedettes comme Charles Trenet ou Bourvil, Aznavour faisant office de «petit jeune» dans la playlist – avec.. Patrick Fiori! «Nous avons rapidement eu cette idée de faire de la radio un lien avec les gens qui sont confinés à la maison et on se rend compte que la demande est énorme, le besoin de parler avec l’animateur également», constate Karine Vouillamoz, cheffe d'antenne.

Confidence sur les ondes

Et l’on peut bien entendu sourire au moment d’énumérer les choix musicaux, mais ce n’est vraiment pas de saison. La «génération Morisod», lui-même programmé plusieurs fois par jour avec son groupe Sweet People, est en effet souvent bouleversante quand cette grand-maman espère que le «Rire du sergent» de Michel Sardou arrivera jusqu'aux oreilles de sont petit-fils en quarantaine à la caserne de Drognens ou cette Valaisanne qui vient de perdre son fils et qui souhaite du bonheur à tous les auditeurs en demandant poliment «La Vie en Rose» d’Edith Piaf. «Ce n’est pas évident pour les animateurs, car les gens sont très souvent dans l’émotion et nous ne sommes pas forcément préparés à cela, qui plus est dans un climat de travail inédit.»

Les Romands n’hésitent d’ailleurs pas à confier leur vie intime, leur très vive inquiétude du moment, l’époque du mariage, la joie de donner la vie «même si je n’ai pas trop souffert, car c’était par césarienne», mais aussi le deuil, la moyenne d’âge étant – à l’oreille – manifestement très élevée. Mais qu’il s’agisse de Marie Laforêt – même si elle chante souvent objectivement faux –, Nana Mouskouri, Jean Gabin ou Pierre Billon (les curieux peuvent aller voir sur Wikipedia!), le défi est parfois de… trouver le disque. «Les propositions diffèrent radicalement des morceaux que nous proposons habituellement et il faut parfois effectuer de nombreuses recherches avant de retrouver la perle rare», sourit Karine Vouillamoz qui annonce le lancement d’une opération du même type ce week-end, dans le but d’exaucer les voeux des résidents d’EMS.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.