Géraldine Knie, la reine qui tient toutes les rênes

La rencontreFille unique de Fredy Knie jun., épouse du touche-à-tout Maycol Errani et aussi maman d’Ivan, de Chanel et de Maycol jun., la petite princesse du Knie devenue directrice artistique veille sur ses familles à deux et à quatre pattes.

Retouche maquillage pour Géraldine Knie dans la caravane-vestiaire, à deux pas de l'entrée des artistes.

Retouche maquillage pour Géraldine Knie dans la caravane-vestiaire, à deux pas de l'entrée des artistes. Image: Hervé Le Cunff

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dans le programme de la tournée du centenaire, Géraldine Knie multiplie les déclarations d’amour. À son idole de jeunesse, Michael Jackson, par l’intermédiaire d’une image souvenir, à son papa dans une lettre ouverte très touchante, à son mari, à ses enfants, à ses chevaux, à ce monde du cirque qu’elle n’échan­gerait pour rien au monde.

Dans la vie, c’est pareil. En français avec sa maman, en suisse allemand avec son «Papi», en Italien avec son mari et ses enfants, elle distribue des mots doux tout au long de la journée, en gardant toujours une main ferme sur les rênes du spectacle. Cavalière un jour, cavalière toujours.

D’ailleurs, dans la roulotte de maquillage réservée à la famille Knie et parquée juste à côté de l’entrée des artistes du chapiteau posé en plein cœur de Zurich en cette fin du mois de mai, les friandises pour chevaux traînent à côté des tubes de fond de teint. Son numéro de dressage à peine terminé, Géraldine Knie nous y retrouve et nous aménage une petite chaise.

À sa droite, son papa Fredy règle les affaires courantes avec son téléphone portable, lunettes vissées au bout du nez, à sa gauche son fils aîné Ivan fait de l’ordre dans ses nombreuses bouteilles d’after-shave alors que sa maman Marie-José s’organise pour aller récupérer une montre dans une bijouterie de la Bahnhofstrasse. À intervalles réguliers, l’intenable Chanel (8 ans) débarque, faisant virevolter la jupette de son costume, téléphone portable rose pailleté à la main.

Regardez-vous encore votre vie avec vos yeux de petite fille?
Oh oui! Je suis une fillette avec des papillons plein le ventre. Tous les jours je suis émue, excitée, émerveillée. Nous y sommes enfin, à cette tournée du centenaire qu’on attend depuis si longtemps.

Avoir un enfant, c’est la meilleure raison de faire une pause. Mais ça a dû être terrible de voir le cirque partir sans vous…
Ah, mais faire une pause ne veut pas dire laisser partir le cirque. Ça aurait été impossible pour moi, comme de m’arracher un bras! Je n’étais pas devant les lumières, mais j’ai toujours été avec les autres. Mes enfants et moi nous ne pouvons pas passer une seule journée loin du cirque. C’est notre vie, notre passion, notre amour.

Comment arrivez-vous à jongler avec autant d’activités à la fois?
C’est dans ma nature, dans mon caractère. J’ai beaucoup de patience et aussi de discipline. C’est aussi utile pour les enfants que pour les chevaux. Il faut leur montrer qu’on les aime et… répéter mille fois les mêmes choses (rires).

Si vous ne deviez retenir qu’un seul moment d’un seul spectacle, ce serait quoi?
Si je ferme les yeux, immédiatement je vois les numéros de mes enfants. Je crois que c’est tout à fait normal pour une mère poule comme moi. Mon Ivan, mon prince qui a bien grandi, puisqu’il aura 18 ans le 6 juillet. Ma Chanel, qui a déjà 8 ans et qui est comme un miroir reflétant qui j’étais à son âge. Et le petit, qui a un an et demi, et fait son spectacle à la maison pour le moment. On verra s’il partage notre passion pour la piste…

Vous êtes née dans la branche «chevaux» de l’arbre généalogique. Vous auriez aimé être trapéziste?
J’ai testé quelques acrobaties ou de l’équilibrisme sur fil de fer, mais ma grande passion a toujours été les chevaux. Les journées sont trop courtes pour tout faire, alors j’ai préféré m’y consacrer pleinement et le mieux possible. Le lien avec l’animal se construit jour après jour. Il n’y a pas que le travail en manège. Ce sont des balades en forêt, à travers champs, aller se baigner avec lui tout au long de l’année.

La famille, c’est encore plus sacré dans un univers comme le vôtre?
La famille, mais surtout le «Zusammenhalt», le fait de se soutenir, de nous serrer les coudes. Moi je vis pour ma famille. Je n’aime pas être seule. Il y a ma famille de sang et la famille élargie du cirque. Alma, la nounou de Maycolino a aussi été la nounou de mes deux aînés par exemple. C’est un tout.

Les Knie, c’est la famille royale de Suisse, non?
(Elle éclate de rire) Non, ça je ne trouve pas! Mais je suis très honorée de la place que nous occupons dans le cœur des Suisses. Ils partagent notre vie. On se sent très proches de notre public ici. Cela se ressent encore plus au moment d’une naissance ou encore à chaque représentation de cette tournée anniversaire.

Adolescente, vous rêviez d’une vie normale?
Jamais! Pourquoi? Je vis la vie parfaite!

Directrice artistique, un rôle difficile à un moment où le cirque doit faire face à une concurrence énorme et sans cesse se réinventer…
Oui, c’est une énorme responsabilité. Mais j’ai toujours le soutien de ma famille. On ne nous jette pas dans l’eau froide, comme on dit. Chaque année on doit proposer quelque chose d’inédit, surprendre le public et en même temps leur donner du «Knie», qu’ils aiment. C’est à chaque fois un challenge. Il faut des frissons, des animaux, des highlights et surtout beaucoup de rire. Avec Vincent & Vincent je ne me fais pas trop de soucis! Mon papa est très ouvert: il nous accompagne sans nous écraser. On discute beaucoup, il comprend que les choses doivent évoluer. Il émet des réserves, mais me laisse tenter des choses nouvelles. C’est le meilleur père du monde.

Votre mari représente à lui seul cette évolution dans la continuation qui s’opère chez Knie…
Quelle chance j’ai de l’avoir à mes côtés. Je dis toujours que notre rencontre a été comme les six bons chiffres à la loterie! Il n’est pas seulement un artiste, il est toujours le premier arrivé au chapiteau et le dernier à en repartir. Il est très travailleur. Très investi. Et aussi fanatique de cirque que moi. Mon père l’a immédiatement très bien accueilli et ensemble nous réfléchissions à l’évolution du Cirque Knie.

Créé: 15.06.2019, 13h13

S'il devait n'y en avoir qu'un

Un cheval?
«Mon grand-père (ndlr: Fredy Knie sen.) me répétait toujours que je ne devais pas avoir de cheval préféré. J’ai toujours essayé de lui obéir, de les considérer tous comme égaux, mais comme ils ne risquent pas de lire cette page, je peux vous avouer que c’était un andalou qui s’appelait Beduino. Et avant lui un frison, Zeus. Avec ces deux chevaux, j’avais un lien très spécial.»

Un numéro?
«Je ne choisirais pas un des miens, mais plus naturellement le numéro d’icarisme de mon mari et de son frère Guido. Il ouvre le spectacle de cette tournée-ci et il est absolument unique. Ils ont gagné le Clown d’or de Monte-Carlo en 2004, ce qui était fou pour un duo aussi jeune.»

Un clown?
«C’est difficile de choisir parmi tous ces comiques qui m’ont vraiment fait rire, mais Marie-Thérèse reste notre chérie! Elle fait vraiment partie de la famille, même si elle ne tourne pas avec nous actuellement.»

Un mot sur le public romand?
«En Suisse romande, l’accueil est lui aussi très chaleureux. Les Romands ont d’autres goûts que les Alémaniques, ça se ressent immédiatement depuis la piste ou les coulisses. C’est aussi pour cela que j’essaie de proposer un spectacle où chacun trouvera quelque chose qui lui plaît. Notre public vient de tous les coins de la Suisse et il a de deux ans à cent ans. On doit essayer de faire un mix qui enchantera chacun, qui leur fera oublier le monde en dehors du chapiteau.»

Une chose que les gens ne savent pas forcément?
«Le Cirque Knie est très actif dans les milieux caritatifs. Pour moi c’est naturel, ça vient du cœur. Si on peut aider et faire rêver des enfants malades, par exemple, alors c’est normal qu’on le fasse. Ça nous fait apprécier la chance que l’on a d’être en bonne santé. C’est la base de tout.»

Un souhait pour les 100 prochaines années?
«Que notre rêve continue!»

Bio express

1973
Naissance à Zurich. Elle est la fille unique de Fredy Knie jun. et de Marie-José Galland. Première représentante de la 7e génération, elle est née dans la branche des «chevaux». Elle n’aurait pas pu rêver mieux.
1977
Première apparition en piste avec son papa.
2001
Naissance d’Ivan Frédéric, son fils aîné qu’elle a eu avec l’acrobate Ivan Pellegrini.
2005
Rencontre Maycol Errani, lui aussi descendant d’une grande famille d’artistes circassiens italiens. Avec ses frères Wioris et Guido, Maycol avait obtenu un Clown d’or lors du Festival de Monte-Carlo et Knie les a invités en tournée. Coup de foudre. Comme ses deux frères Wioris et Guido, il est acrobate, mais se mettra au dressage aux côtés de sa belle. Ils se marient en 2009.
2011
Naissance de Chanel Marie.
2017
Le petit dernier de la dynastie, Maycol jun., arrive un peu en avance.
2019
Une Géraldine allégée de 24 kilos fait son retour sur la piste après son congé maternité pour la tournée du centenaire qu’elle a orchestrée. T.C.

Articles en relation

«On ne sait même pas où on fera notre lessive»

Interview Le 20 juin, Vincent Veillon et Vincent Kucholl se jettent dans l’aventure du Knie, pour la bagatelle de 120 représentations romandes. Une première avec ses fantasmes et ses inconnues. Plus...

Un siècle d’évolutions et de révolutions sous chapiteau

Spectacle Le patriarche Fredy Knie junior (72 ans) garde précieusement l’ADN équin du cirque national, mais reste très ouvert aux suggestions de son beau-fils Maycol Errani, figure désormais centrale des Knie. Plus...

Le Cirque Knie revisite son ADN unique et magique

Spectacle Le cirque national présentait la première du spectacle des 100 ans. Nostalgique, sensuel, coloré et diablement efficace. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.