Le grand swing de l’OSR en terre américaine

CritiqueL’orchestre désormais centenaire a montré mardi soir ses traits toniques avec Gershwin et Bernstein.

Le chef de l'OSR, Jonathan Nott.

Le chef de l'OSR, Jonathan Nott. Image: Enrique Pardo / Archives

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est une semaine qui permettrait de mieux cerner l’identité d’une formation aux oreilles de tous ceux, mélomanes ou curieux, qui ne le connaitrait que par quelques traits sommaires. L’Orchestre de la Suisse romande fête ces jours-ci son premier siècle, en alignant une série de concerts qui tracent des diagonales à travers son identité artistique, son passé lointain et ses aspirations présentes. Une autre étape a été parcourue mardi soir au Victoria Hall de Genève: d’Arthur Honegger à Bernstein, en passant par le contemporain James MacMillian et par Bernstein, les musiciens et leur mentor Jonathan Nott ont rappelé leur attachement aux créations du XXe siècle et aux pulsations d’aujourd’hui.

Ligne programmatique qui a donné des visages distincts à la soirée. Le premier, exigeant, nous a plongé dans l’écriture dense et souvent anxiogène de ce manifeste pacifiste qu’est la «Symphonie N°3» d’Honegger. La lecture puissante et sensible de l’OSR en a souligné toute la charge, avec, notamment, un «De Profundis clamavi» traversé avec tact et finesse. Ici, comme dans le « Concerto pour trombone » de MacMillian – interprété par un Jörgen van Rijen à la virtuosité époustouflante – on a retrouvé une fois encore l’aisance de Jonathan Nott, sa familiarité avec le répertoire contemporain.

Le deuxième visage du concert? Ce fut celui des swings et de l’insouciance qui traversent Rapsody in blue de Gerschwin tout d’abord. Où le pianiste Lucas Debargue s’est amusé comme un enfant en dévalant avec aisance des pentes musicales enivrantes. Et puis il y a eu les danses symphoniques de «West Side Story» de Bernstein, des bulles de bonheur qui ont donné à l’orchestre des allants de big band gourmand. Une soirée qui s’achève dans l’ovation et l’enthousiasme et avec les larges sourires de Jonathan Nott.

Créé: 28.11.2018, 15h04

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.