Passer au contenu principal

Un va t’en guerre, l’humour au fusil

Il n’y a qu’une seule chose susceptible de faire fuir Jérémy Ferrari à l’affiche du Montreux Comedy avec «Vends deux pièces à Beyrouth»: la censure.

Jérémy Ferrari s'est donné deux ans et demi pour étudier le sujet à fond et écrire "Vends deux pièces à Beyrouth", son dernier spectacle sur la guerre, sur toutes les guerres.
Jérémy Ferrari s'est donné deux ans et demi pour étudier le sujet à fond et écrire "Vends deux pièces à Beyrouth", son dernier spectacle sur la guerre, sur toutes les guerres.
ANDRE D

Intarissable! Orgueilleusement inarrêtable même. Pour essayer de caler une question de temps en temps, une seule solution: parler en même temps que Jérémy Ferrari et le couper. Comme quoi… être seul en scène, avec un public qui paie pour vous écouter, crée des habitudes. Alors autant dire que la mitraillette a de l’avenir avec l’humoriste de 31 ans attendu sur scène ce samedi 3 décembre et dimanche 4 décembre à Vevey à l’enseigne du Montreux Comedy Festival. D’abord, il faut tout son souffle pour égrener un CV de professionnel. Jugez plutôt: l’homme s’est habillé en groom, en prof de ju-jitsu, il a fait coursier, vendeur de chemises, déménageur, manutentionnaire et même conseiller clientèle dans la téléphonie.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.