«L’Histoire du soldat» d'Omar Porras chauffe les yeux

ThéâtreLe futur directeur de Kléber-Méleau réactive sa version de 2003 qui passe par Beausobre après avoir triomphé à Genève

Les couleurs fluo de Porras ne vont pas empêcher le soldat de Ramuz de perdre son violon au profit du diable, incarné avec gourmandise par le metteur en scène lui-même.

Les couleurs fluo de Porras ne vont pas empêcher le soldat de Ramuz de perdre son violon au profit du diable, incarné avec gourmandise par le metteur en scène lui-même. Image: Vanappelghem/LDD

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Près d’un siècle après sa création à Lausanne, L’Histoire du soldat de Ramuz et Stravinski revient sur terre vaudoise, au Théâtre de Beausobre plus précisément, dans une version magnifiée par Omar Porras, futur directeur de Kléber-Méleau. Reprise de sa mise en scène de 2003, ce conte faustien narrant les déboires d’un soldat avec le diable en personne trouve encore une fois des atours pyrotechniques impressionnants qui ont déjà séduit un (jeune) public genevois, permettant aux dix représentations du Théâtre Am Stram Gram d’afficher complet!

Le spectacle penche en effet sans équivoque du côté de la jeunesse et ne ménage pas sur ses effets pour arriver à ses fins. Entre Denges et Denezy, les paysages prennent des couleurs fluo. Sortis d’une commedia dell’arte féérique, les personnages ne déparent pas en splendeur kitsch, avec leurs masques étranges et leurs oripeaux bariolés. Cette Histoire du soldat fait aussi des étincelles avec ses pétards lumineux qui chauffent les yeux, tout comme les flammes qui s’échappent de l’enfer.

Les fastes visuels fascinent mais ne suffisent pas à expliquer l’engouement. Le rythme de cette petite pièce musicale d’une durée d’une heure est aussi excellent, rehaussé par un narrateur pirouettant et un diable gouailleur incarné avec gourmandise par le metteur en scène de 51 ans. On en sort éberlué, mais heureux, en se réjouissant de retrouver ce magicien de la scène en mai au Théâtre du Jorat, pour La visite de la vieille dame de Dürrenmatt.

Créé: 27.01.2015, 20h05

A l'affiche

Morges, Théâtre de Beausobre
Les ve 6 (20 h), sa 7 (19 h)et di 8 (17 h) février
Rens.: 021 804 97 16
www.beausobre.ch

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 8

Paru le 26 février 2020
(Image: Bénédicte) Plus...