L’humour essaime sur toutes les scènes

PhénomèneAux quatre coins de la Suisse romande, festivals, théâtres et salles communales surfent sur le succès d’un genre longtemps décrié. Enquête.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

D’un bout à l’autre de la Suisse romande, l’humour a le vent en poupe. Scènes ouvertes, soirées découvertes, festivals, spectacles accueillis dans les théâtres ou les salles communales… A côté de l’offre foisonnante de Comedy Clubs et de one-man-shows programmés un peu partout, plus une seule saison ne se déroule sans qu’un rendez-vous d’envergure n’aligne grands noms ou jeunes pousses suisses ou françaises pour détendre les zygomatiques du public.

Dernier-né, Fais-nous rire tiendra sa première édition en octobre à Neuchâtel. Et tentera, comme le Festival du rire de Genève, lancé en 2014, de se faire une place au soleil, aux côtés des très bien installés Morges-sous-Rire – qui déroule pour la 27e fois ses fastes jusqu’à samedi soir au Théâtre de Beausobre –, du Montreux Comedy Festival, créé il y a vingt-cinq ans sur la Riviera et qui affiche plus de 50 millions de vues sur YouTube, ou de Maxi-Rires, qui vient d’attirer 10 000 spectateurs à Champéry (VS) et fête sa 8e édition, comme DécouvRire à Saint-Prex. La semaine prochaine, c’est Avenches en Rires qui devrait attirer 4200 spectateurs pour une soirée avec Bigard, Roumanoff, Marie-Thérèse Porchet, Sébastien Cauet, Olivier Lejeune et Thomas Wiesel. Des têtes d’affiche que l’on retrouve au détour de beaucoup d’autres manifestations.

«L’humour a toujours eu ses grands et petits rendez-vous, même si c’est vrai qu’en période de crise on ressent un besoin plus pressant de se marrer», relativise Thomas Lécuyer, directeur du Lido, le café-théâtre lausannois qui, avec son grand frère le Théâtre Boulimie ou la Grenette à Vevey, constitue l’une des rares scènes permanentes dédiée au genre dans le canton. «Ce qui est par contre vraiment nouveau, c’est le nombre d’apprentis humoristes. Grâce à Internet et aux moyens techniques légers, beaucoup rêvent d’entrer dans le métier et s’essaient aux chroniques Web ou au stand-up, dans le sillage de Jamel Debbouze. On sent une nouvelle liberté de ton et de vrais talents émerger, même si tout n’est pas bon et qu’il y aura inévitablement de l’écrémage.»

En France, le phénomène a pris une ampleur démesurée avec les clubs de comédie improvisés dans des caves privées, les médias spécialisés et les émissions télévisées qui testent, à la chaîne, les nouvelles générations de comiques, sous le patronage de Laurent Ruquier, Jamel ou Pierre Palmade. Sans parler du règne de l’infotainment ou du boom des chroniqueurs TV à la langue acérée.

Trop de blagueurs

«On est loin d’en être là en Suisse, mais à Paris chaque débit de boisson s’essaie à la minute comique et les télévisions courent après celui qui fait le buzz. Il ne faudrait pas que cette explosion d’humoristes finisse par agacer le public, observe l’auteur et comédien valaisan Frédéric Recrosio, l’un des rares Helvètes abonnés aux scènes de l’Hexagone. Au final, il y a beaucoup de simples blagueurs sans épaisseur dans ces nouvelles cliques et cela pose de vraies questions de direction artistique. Mais, au final, cette déferlante permet aussi à ceux qui travaillent leur contenu de se démarquer.» Un point de vue partagé par Grégoire Furrer, le boss romand de l’humour et directeur du Montreux Comedy Festival: «C’est vrai que tout ça finit par tourner en rond et que très peu de nouveaux artistes ont émergé des scènes ouvertes ces dernières années. La vraie nouveauté est à chercher ailleurs, du côté des collectifs qui surgissent sur Internet, par exemple. Quoi qu’il en soit, ce foisonnement généralisé montre surtout que l’humour, longtemps considéré comme une sous-catégorie du théâtre, est devenu un art reconnu qui se structure. Comme les goûts du public, les différents genres de spectacles s’affinent de plus en plus.»

Cette évolution artistique s’accompagne inévitablement d’un élan économique. Parce que l’humour est synonyme de jackpot assuré? Du côté de la Radio Télévision Suisse, on relativise. Si l’émission de La Première Les Dicodeurs ne cesse de voir son audience augmenter, les captations de spectacles ne garantissent pas systématiquement des succès d’audimat. Car si le rire est universel, l’humour divise aussi les publics. «Ce qui fait rire les uns ne fait pas forcément rire les autres, assure Christophe Minder, responsable Relations Médias. Et les cartons d’audience ne s’enregistrent qu’avec les stars romandes, comme les deux Vincent de 120 secondes, Yann Lambiel et Joseph Gorgoni, voire une vedette française de l’envergure d’un Gad Elmaleh.» Dans les salles de spectacle, par contre, programmer un comique a beaucoup de chances d’attirer les foules. Au point d’attiser une guerre des cachets? «Le phénomène est marginal et n’a rien de comparable à celui qui touche le monde de la musique, explique Roxane Aybek, directrice de Beausobre. C’est par contre clair que si l’offre continue à exploser, la concurrence va s’intensifier.»

Créé: 11.06.2015, 10h01

Articles en relation

Drôle et jolie, elle réveille l’humour avec son franc-parler

Festival Chroniqueuse à Canal+ et sur France Inter, la franc-tireuse Nora Hamzawi présente, ce soir à Morges-sous-Rire, son 4e spectacle. Interview. Plus...

Morges-sous-rire promet huit jours d’éclate

Humour La directrice du Théâtre de Beausobre, Roxane Aybek, livre ses impressions à quelques heures de l’ouverture du festival. Plus...

Cette semaine

Lido Comedy Club Ce soir et demain à 21 h, le café-théâtre installé depuis cinq ans à la rue du Bourg, à Lausanne, accueille Mustapha El Atrassi, la star du stand-up à la française qui vient roder son nouveau spectacle avant le Festival d’Avignon. Infos: www.lidolausanne.ch

Morges-sous-Rire D’ici samedi, le festival morgien accueille encore quelques grands de l’humour au Théâtre de Beausobre. Vendredi soir, il reste des places pour Frédéric Recrosio, Olé, Vincent Kohler et pour le spectacle 10 ans de mariage. Samedi, pour Joseph Gorgoni, Arnaud Ducret et Ahmed Sylla.
Infos: www.morges-sous-rire.ch

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.