Passer au contenu principal

«J’aime pouvoir dire merci à mes danseurs»

«Béjart fête Maurice», les 30 ans de son arrivée à Lausanne et les 10 ans de son décès avec une création de Gil Roman et le meilleur du maître. Les six représentations du 16 au 22 décembre au Théâtre de Beaulieu affichent complet.

Né en 1927 à Marseille, Maurice-Jean Berger a découvert très jeune la Suisse par l'Engadine où il a passé des vacances en 1935. Il deviendra Suisse et citoyen d'honneur de la Ville de Lausanne tout en conservant sa nationalité française.
Né en 1927 à Marseille, Maurice-Jean Berger a découvert très jeune la Suisse par l'Engadine où il a passé des vacances en 1935. Il deviendra Suisse et citoyen d'honneur de la Ville de Lausanne tout en conservant sa nationalité française.
DR
Le 19 mai, le fondateur du Prix de Lausanne, Philippe Braunschweig, rapporte au syndic Paul-André Martin l'intention d'un Maurice Béjart, fâché, de quitter Bruxelles. Les choses ne traînent pas: Yvette Jaggi le rencontre le 28 mai et le 3 juin l'exécutif se lance à sa conquête du chorégraphe. La convention avec la Ville est signée le 28 et le lendemain déjà, la compagnie part en tournée.
Le 19 mai, le fondateur du Prix de Lausanne, Philippe Braunschweig, rapporte au syndic Paul-André Martin l'intention d'un Maurice Béjart, fâché, de quitter Bruxelles. Les choses ne traînent pas: Yvette Jaggi le rencontre le 28 mai et le 3 juin l'exécutif se lance à sa conquête du chorégraphe. La convention avec la Ville est signée le 28 et le lendemain déjà, la compagnie part en tournée.
ASL
Maurice Béjart reste, pour beaucoup, le plus grand maître de danse du XXe siècle.
Maurice Béjart reste, pour beaucoup, le plus grand maître de danse du XXe siècle.
Keystone
1 / 20

Tous assis, le souffle encore court d’avoir visé la perfection, les danseurs attendent, le regard en demande. Pas forcément inquiet. Mais dans l’expectative. Les cinquante dernières minutes gravées dans son esprit, sans la moindre note, Gil Roman remonte le fil de sa création, t’M et variations… «C’était très bien, il fallait qu’on sorte des progrès, merci.» Les derniers réglages sont de l’ordre de la haute précision, le souffle décélère, l’envie est dans la communion, d’autant que le décompte jusqu’à la première de «Béjart fête Maurice», le 16 décembre à Beaulieu, est plus que lancé.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.