Passer au contenu principal

«Je n’ai jamais pu résister au Meccano infini des odeurs»

Maître Ropion, auteur de «La vie est belle», jus superstar dans le monde, se conte en «Aphorismes». Interview.

Le surdoué Dominique Ropion entend innover: «Je me suis fait une religion de ne délaisser aucune molécule.»
Le surdoué Dominique Ropion entend innover: «Je me suis fait une religion de ne délaisser aucune molécule.»
DR

Honoré du titre de «Maître des fleurs», Dominique Ropion, à la soixantaine, s’est taillé une réputation de nez mondial en créant «Alien» pour Mugler, «Acqua di Gioia» chez Armani, et autres «La vie est belle», jus superstar de Lancôme. À un niveau plus confidentiel, pour Frédéric Malle, cet algébriste des molécules a déniché une «Cologne indélébile». Dans «Aphorismes d’un parfumeur», le puriste livre pêle-mêle ses réflexions sur un art mutant. «Les parfumeurs ne sont-ils pas de simples marchands d’habits évaporés, de potions à même de rendre aimables les peaux les plus acides?» Sans doute, et le marché du luxe ne connaît pas la crise. Paroles d’un sage capable de distinguer au nez «une voiture Matchbox d’une Dinky Toys».

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.