Les jardins secrets de Marcel Imsand

PhotographieUn an après la mort du photographe lausannois sort un livre hommage, qui dévoile des inédits, réalisé par sa fille.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ce n’est pas une somme mais un livre qui entend rendre hommage et rappeler à soi – à nous – la figure sensible d’un photographe qui a durablement marqué l’imaginaire des Vaudois. Tout le monde a en tête ses portraits de Barbara ou ses séries consacrées à de simples gens vivant à l’écart de la modernité triomphante. Une année après son décès, Marcel Imsand demeure ce regard humble et attentionné que l’ouvrage «Marcel Imsand Intime» célèbre sur toutes ses facettes, que ce soit par ses images iconiques, ses travaux sur la Suisse entre autres, ou ses lubies plus méconnues comme ses portraits d’inconnues ou ses expériences sur les teintes par le procédé du virage.

Cette parution émouvante se présente aussi comme un livre de circonstance – Noël approche rappelle la première image: une vue de la cage d’escalier, décorée de boules et de guirlandes, de l’immeuble de la rue de l’Ale 9 où Marcel Imsand avait son atelier –, mais avant tout comme un exercice de mémoire alors que la disparition du vénérable passionné est encore toute proche. «L’énergie du chagrin est assez forte si on parvient à la transformer», admet Marie-José Imsand, la fille du photographe qui a concocté «Intime». «C’était une grosse démarche. J’ai porté le flambeau comme il le disait lui-même.»

Grandes séries et beaux secrets

Si l’éditeur a voulu que le livre comporte les trois grandes séries de Marcel Imsand que sont «Paul et Clémence», «Luigi le berger» et «Les frères», sa fille a eu toute latitude pour réunir le matériel qui rythme ces 200 pages. «J’ai voulu mettre l’accent sur l’artiste imprégné par les peintres qui passait des nuits entières à réaliser des bains pour ses virages. Dans tout ce qu’il faisait, il s’engageait complètement. Quand il travaillait pour le Grand Théâtre, la rue de l’Ale vibrait avec Wagner!»

Son fameux atelier lausannois recevait toutes sortes de visites illustres. «Nicolas Bouvier passait fréquemment, mais nous, les enfants, n’étions pas là après les spectacles quand certains artistes s’y rendaient.» Une anecdote veut que le voisin du dessus, enjambant une femme assise dans l’escalier, enrageât en fan déçu d’avoir raté cette rencontre quand il eut appris son identité: Barbara, qui attendait sagement le retour du photographe. Dans les nombreuses images inédites que dévoile «Intime», on trouve justement un instantané de la chanteuse, saisie au débotté dans l’atelier.

Mais Marcel Imsand poursuivait aussi d’autres étoiles et son amour très personnel des cygnes a droit à l’entier de l’un des douze chapitres. «Il y avait des sujets qu’il ne gardait que pour lui. Même ses grandes séries, comme «Paul et Clémence», il les gardait parfois cachées pendant 10 ans dans sa boîte secrète de la Gruyères avant de les sortir.» Ce malaxeur d’images ne les destinait parfois ni à la presse ni au livre mais en faisait cadeau aux êtres chers. Cet état d’esprit subsiste dans ces pages.

Créé: 18.12.2018, 20h09

Le livre et une expo

«Marcel Imsand Intime»



Marcel Imsand

Textes et sélection Marie-José Imsand

Ed. Favre, 200 p.

Bulle, Musée gruérien
Exposition Marcel Imsand, Les Frères
Jusqu'au di 6 janvier
Rens.: 026 916 10 10
www.musee-gruerien.ch

Marcel Imsand en dates

1929
Naissance le 15 septembre à Pringy, en Gruyère
1947
Acquière son premier appareil, un Kodak Baby
1964
S’installe à Lausanne et commence à travailler en tant que photographe
1969
Première expo à Lausanne, travaille pour le Grand Théâtre de Genève
1970
Participe à l’«Encyclopédie illustrée du Pays de Vaud» (1970-1987)
1982
Parution de «Paul et Cémence» (Ed. 24heures), l’une de ses séries les plus connues avec «Luigi le berger» (1990) et «Les frères» (1997)
2011
Chevalier des arts et des lettres par l’Etat français
2012
Donation du fonds Marcel Imsand au Musée de l’Elysée (toutes ses archives et 6000 tirages)
2017
Décès le 11 novembre à Lausanne

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.