Passer au contenu principal

Jérôme Meizoz reçoit un Prix suisse de littérature

L'auteur valaisan installé à Lausanne se voit distingué pour «Faire le garçon», tout comme Baptiste Gaillard pour «Un domaine des corpuscules».

Jérôme Meizoz a livré avec "Faire le garçon" une inclassable et sensible interrogation littéraire sur la masculinité.
Jérôme Meizoz a livré avec "Faire le garçon" une inclassable et sensible interrogation littéraire sur la masculinité.
ODILE MEYLAN

Parmi les lauréats des Prix suisses de littérature 2018 figure Jérôme Meizoz. L’auteur valaisan domicilié à Lausanne et par ailleurs professeur à l’Université de Lausanne a été distingué pour Faire le garçon (Ed. Zoé).

Deux récits s’y alternent pour interroger les codes de la virilité. Une «enquête» dans l’enfance de «J», orphelin de mère dans un milieu rural et catholique, et un roman sur un jeune homme qui a choisi de monnayer ses caresses. L’auteur allie une fois encore écriture poétique et sociologique. Une inclassable et sensible interrogation littéraire sur la masculinité.

Né en 1967 à Vernayaz, Jérôme Meizoz a composé une quinzaine de romans et de récits qui explorent des thèmes tels que le silence, le manque, le passage de l’enfance à l’âge adulte ou l’histoire de sa région natale. Citons son premier livre Morts ou vifs, Livre de la Fondation Schiller en 2000, Temps morts préfacé par Annie Ernaux ou encore Haut val des loups.

Un autre écrivain installé à Lausanne auréolé Baptiste Gaillard est distingué pour Un domaine des corpuscules (Hippocampe Éditions). L’artiste né en 1982 et formé à la HEAD à Genève saisit dans cette prose poétique les mouvements permanents du monde, en portant son attention sur les particules d’eau, la poussière ou les nœuds de racines végétales.

Parmi les autres lauréats, le Grand prix de littérature, remis pour l’ensemble de l’œuvre, va à la Tessinoise Anne Felder (né à Lugano en 1937), tandis que le Prix spécial de traduction, est remis à Yla von Dach, qui a traduit en allemand Alexandre Voisard, Catherine Safonoff, Catherine Colomb ou Michel Layaz.

La remise des prix aura lieu le 15 février 2018 à 18h à la Bibliothèque nationale, à Berne.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.