Julien Mages, rire et sang à fleur de peau

CritiqueÀ l’Arsenic, le dramaturge injecte un flux sauvage dans sa dernière création qui égratigne le théâtre contemporain.

Deux hommes (Raphael Defour et Juan Bilbeny) rôdent autour d'une femme (Catherine Demiguel) dans «J'irai demain couvrir ton ombre».

Deux hommes (Raphael Defour et Juan Bilbeny) rôdent autour d'une femme (Catherine Demiguel) dans «J'irai demain couvrir ton ombre».

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une palpitation sensible court dans l’écriture de Julien Mages, ajustée à la scène par le dramaturge pour irriguer le flux des passions, même quand elles sont assénées avec une bonne dose d’ironie.

C’est le cas de «J’irai demain couvrir ton ombre», sa nouvelle création, présentée mardi à l’Arsenic. Ses trois personnages, un comédien, une spectatrice et un philosophe (Raphael Defour, Catherine Demiguel, Juan Bilbeny), endossent les apparences et les pulsations de la vie, même quand ils se cognent à leur propre caricature.

Réunis par leur amour du théâtre (ou sa détestation en ce qui concerne le très sec théoricien), ces amis équivoques frémissent, prêtent à rire et s’emportent après chaque pièce appréciée en commun, occasions de partager leurs vues esthétiques, vite rattrapées par leurs propres souffrances et obsessions. Au rayon «douceurs», le théâtre contemporain en prend pour son grade et pas seulement au jeu d’imaginer le plus gros chocolat à insérer dans ses orifices, passant d’un Kinder à un Toblerone.

Dans sa valse de sentiments ébouriffés et insatisfaits, «J’irai demain couvrir ton ombre» rencontre aussi ses trous d’air, ses platitudes ou ses maladresses. Mais, dans sa fébrilité enjouée, la pièce retombe toujours sur ses pattes déviant sur ses moments musicaux embués ou sur une trouvaille scénique simple et efficace comme ce canapé renversé laissant l’intellectuel qui s’y trouve doctement assis sens dessus dessous.

Créé: 31.10.2019, 11h15

La pièce

Lausanne, Arsenic
Jusqu’au di 3 novembre
Rens.: 021 625 11 36.
www.arsenic.ch

Articles en relation

«Y a-t-il un grand artiste dans la salle? Oui, Julien Mages!»

Théâtre Comédie, drame, (auto)parodie: le dramaturge lausannois ose tout dans «J’irai demain couvrir ton ombre», dès mardi à l’Arsenic. Plus...

Le mélancolique sublime son spleen au théâtre

Portrait Julien Mages Doté d’un talent insolent, l’écrivain, comédien et metteur en scène cultive une personnalité janusienne. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 8

Paru le 26 février 2020
(Image: Bénédicte) Plus...