Passer au contenu principal

Dans son laboratoire, le Montreux Jazz perpétue la prise de risque

Alors que la 53e édition commence vendredi avec Sting et les stars au Stravinski, le Lab s’apprête à jouer sa partition de la découverte. Ou comment oser le pari indispensable de la relève.

Le Montreux Jazz Festival ne peut se reposer sur ses lauriers et parie sur la fraîcheur. Ainsi du trio de Houston, Khruangbin.
Le Montreux Jazz Festival ne peut se reposer sur ses lauriers et parie sur la fraîcheur. Ainsi du trio de Houston, Khruangbin.
DAVID SALAFIA

Avant, les choses étaient relativement faciles. Les fans de reggae portaient des dreadlocks, ceux de rock des perfectos, et ceux de Yes des lunettes. Simple, basique, dirait Orelsan, qui ne jouera pas au 53e Montreux Jazz Festival (MJF) dès ce soir mais qui, avec son rap mâtiné d’electro et de chanson française, représente bien l’atomisation des styles à l’œuvre dans les musiques actuelles.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.