Passer au contenu principal

Leftfield, héros electro des nineties, réapparaît aux Docks de Lausanne

De ce duo qui réconciliait les rockers avec l’electro, il ne reste que Neil Barnes. Coup de fil avant le concert de samedi.

Neil Barnes, dernier rescapé du duo Leftfield, a réactivé le nom du groupe en sortant un album au début de l'année.
Neil Barnes, dernier rescapé du duo Leftfield, a réactivé le nom du groupe en sortant un album au début de l'année.

Dans l’effervescence électronique de la fin du siècle dernier, les tribus musicales se jaugeaient souvent avec méfiance. Leftfield, duo formé de Neil Barnes et Paul Daley, a contribué à la lutte contre les divergences, comme beaucoup d’autres groupes anglais de l’époque – Massive Attack, The Prodigy, Portishead… En 1995, leur album le plus populaire, Leftism, pétri de techno, de hip-hop, de dub mais aussi de post-punk (John Lydon, chanteur des Sex Pistols et leader de PiL, glapissait sur le titre Open Up), brisait la glace entre les genres. «J’avais dit à John: «Tu le fais ou je te botte le cul!» plaisante Neil Barnes, ami du vieux punk et seul rescapé d’un duo peu connu pour sa capacité de production.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.