Entre Lénine et Niels Ackermann, l'histoire d’un succès d’images

PhotographieAuréolé du succès de l'expo «Looking for Lenin» aux Rencontres d’Arles, le photographe l'amène à Vevey. Entretien.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Suite à l’incroyable battage médiatique qui a accompagné l’ouverture de son exposition «Looking for Lenin» aux Rencontres d’Arles, Niels Ackermann n’est toujours pas descendu de son petit nuage. «Une expérience assez fantastique», se félicite le photographe genevois au moment où s’ouvre la version veveysanne à l’Espace Images, la dernière avant la rénovation de la gare. «Au début, avec Sébastien Gobert, auteur des textes, nous nous disions que le projet serait sympa si nous trouvions dix Lénine en Ukraine. Suffisant pour un sujet dans un magazine. Puis, à force d’en trouver, s’ouvrait la possibilité d’un livre, puis d’une expo et finalement nous nous retrouvions à Arles. Tout s’est enchaîné.»

Son exposition des effigies du fameux révolutionnaire, le plus souvent laissées à l’abandon, a même eu droit à une visite présidentielle. «À part celle d’Annie Leibovitz, c’est la seule qu’Emmanuel Macron ait visitée. Il a peut-être voulu donner un sens politique, en lien avec la Russie. Il est resté une dizaine de minutes, il a lu les textes et demandé des explications. Je dois une fière chandelle à Sam Stourdzé (ndlr: directeur des Rencontres) qui a beaucoup soutenu le projet.»

Le photographe se félicite du timing, car des projets similaires ont été dévoilés dans la foulée. «Notamment aux États-Unis, dans le cadre d’un regard sur les Confédérés, il y a eu des travaux consacrés au général Nelson.» Seul point inattendu, cette expo célébrée n’a pas fait le moindre remous en Ukraine. «Étonnant, mais c’était le silence radio, alors qu’il suffit qu’une pub avec Beckham soit accompagnée de la musique d’un groupe ukrainien pour faire des pleines pages dans les journaux. Je crois que cela vient du fait que les Ukrainiens en ont marre d’être associés à la période soviétique. Ils veulent tourner la page.»

L’ouvrage qui accompagnait l’expo s’est aussi bien vendu. «Des amis l’ont vu dans des librairies aux quatre coins du monde. Aujourd’hui, nous pourrions en sortir encore deux volumes! Nous avons reçu des informations qui localisaient encore 120 Lénine, mais cela ne m’intéresse pas. Le seul que j’irais photographier serait celui de la place Bessarabska, s’il était enfin retrouvé.» Depuis «Lénine», Niels Ackermann a tourné la page. «J’avais envie de me reconnecter avec la Suisse.» Il a donc suivi la campagne de Pierre Maudet pour Le Temps et la NZZ et travaille sur des projets avec l’OSR, avant de repartir en Ukraine, dans le Donbass.

Créé: 25.01.2018, 20h01

Articles en relation

Sur les traces de Lénine, cette figure à détruire

Photographie Niels Ackermann a chassé les statues du révolutionnaire en Ukraine, pays qui se débarrasse de cet héritage embarrassant. A voir dans un livre et une expo à Arles. Plus...

Galerie photo

Le photographe genevois Niels Ackermann veut montrer une autre image de l'Ukraine

Le photographe genevois Niels Ackermann veut montrer une autre image de l'Ukraine La jeune Ioulia et sa ville de Slavoutitch contrastent avec les habituels clichés de guerre et de sang

L'exposition

Vevey, Gare, Espace Images
Jusqu’au di 4 mars.
Entrée libre.
Je-ve (17 h-19 h),
sa-di (14 h-18 h).
Rens.: 021 922 48 54
www.images.ch

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 8

Paru le 26 février 2020
(Image: Bénédicte) Plus...