La lettre d’amour de Gil Roman à Maurice Béjart

Danse La commémoration de la création du BBL et de la mort du chorégraphe a traversé les époques comme dans un medley.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Il y a, à Lausanne et dans le monde, un tel culte à Maurice Béjart que celui qui perpétue sa mémoire est pris dans un dilemme que Gil Roman assume avec grâce. Il doit faire vivre le répertoire extrêmement riche et divers du chorégraphe marseillais que le public ne cesse de réclamer.

Et, dans le même temps, créer ses propres ballets sans chercher à imiter le maître. En proposant à Beaulieudepuis vendredi un hommage personnel et une sélection d’une dizaine d’extraits du disparu, Gil Roman prenait le risque de la comparaison.

En ouverture, donc, la création t’M et variations… se veut une lettre au défunt pour lui donner des nouvelles de sa compagnie. Autant Béjart créait ses œuvres avec une vision très claire, littéraire, autant son disciple travaille dans l’impulsion, dans la spontanéité. Au final, cette pièce de 50 minutes étonne, épate, réveille par une légèreté épurée, sans décor, les divers pas de un, de deux ou de cinq étant juste sculptés par la lumière et portés par la musique presque bruitiste jouée sur scène par les deux compères de Citypercussion.

C’est une ode à la danse, classique ou moderne, un rappel de l’immense travail nécessaire pour que ces pas créés par Roman, parfois saccadés, s’imposent comme une évidence. Les références sont parfois à la limite du surchargé, comme ces chaussons que portent sur le front les danseuses pendant une des pièces. Mais l’ensemble révèle un chorégraphe comme libéré, répondant enfin par la danse aux innombrables lettres que lui écrivait à l’époque son mentor.

La seconde partie de l’hommage a peut-être moins convaincu. Béjart fête Maurice veut résumer le créateur en une dizaine d’extraits de ses œuvres. Mais, comme le dit Gil Roman lui-même, «la grande qualité de Maurice, en dehors de toutes les autres, c’est de ne pas enfermer le danseur dans un style ou dans un système chorégraphique».

A vouloir présenter toutes les facettes du travail de Béjart, la suite se révèle par moments déconcertante, hétéroclite, comme on feuillette un album. Face à l’extraordinaire pas de deux d’Héliogabale, porté par Alanna Archibald et Jaym O’Esso, ou à celui de Patrice Chéreau…, qui imposent Mari Ohashi et Jiayong Sun, par exemple, d’autres pièces semblent plus datées, sorties du ballet qui les mettait en contexte. (24 heures)

Créé: 18.12.2016, 18h30

Articles en relation

«J’aime pouvoir dire merci à mes danseurs»

Béjart Ballet Lausanne «Béjart fête Maurice», les 30 ans de son arrivée à Lausanne et les 10 ans de son décès avec une création de Gil Roman et le meilleur du maître. Les six représentations du 16 au 22 décembre au Théâtre de Beaulieu affichent complet. Plus...

«Non! Lausanne n’est pas allée chercher Béjart, j’ai eu besoin de rectifier les choses»

Mémoires Même si elle n’est plus aux affaires, l’ancienne «Madame culture» de Lausanne vit en osmose avec ce monde. Elle le raconte dans un livre souvenirs. Plus...

Le BBL revisite son passé à Bruxelles

La troupe fondée par Béjart présentera sa «Neuvième Symphonie» en Belgique. Des journalistes du Plat pays sont venus découvrir son univers. Plus...

La création, un rêve collé à ses semelles

Portrait Julio Arozarena, maître de ballet au Béjart Ballet Lausanne. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.