Antoine Jaquier honoré pour sa plongée brute dans la noirceur de l’âme humaine

LittératureL’auteur du roman «Avec les chiens» a reçu, mercredi soir au Théâtre de Vidy, le Prix des lecteurs de la Ville de Lausanne.

Antoine Jaquier, ici entouré du jury, a été récompensé pour son roman «dérangeant».

Antoine Jaquier, ici entouré du jury, a été récompensé pour son roman «dérangeant». Image: Florian Cella

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Comment mettre en mots l’indicible? L’impensable réalité d’un tortionnaire et tueur d’enfants, l’infinie souffrance des parents de victimes? Comment créer avec pareil thème un matériau littéraire? Telles sont les questions auxquelles s’est confronté Antoine Jaquier dans Avec les chiens (Ed. L’Age d’Homme), qui a remporté le Prix des lecteurs de la Ville de Lausanne 2016. L’an passé, la première édition avait primé Sébastien Meier pour Les ombres du métis. Remise hier soir au terme d’une cérémonie organisée au Théâtre de Vidy (lire ci-dessous), la distinction comprend un chèque de 20'000 francs et une résidence d’écriture au Château de Lavigny.

«Ce livre s’attaque à un thème très difficile, choquant. Il pose les limites de la littérature et a suscité des réactions très contrastées»

Dans un premier livre très remarqué, dont la thématique le touchait plus personnellement, Antoine Jaquier avait livré la chronique amère d’une jeunesse campagnarde désœuvrée aux prises avec les paradis artificiels. Dans Avec les chiens, l’assistant social et animateur socioculturel de 46 ans né à Nyon s’est à nouveau attaqué à un sujet délicat, mettant en scène le tueur d’enfants Gilbert Streum, dit l’Ogre de Rambouillet, qui sort de prison après treize années d’enfermement. Au fil d’un récit à suspense se tisse la relation ambiguë entre le père d’une des victimes et le bourreau de son fils.

La complexité de l'horreur

Le jury, composé de six lecteurs lausannois et présidé par Pascal Auberson, a relevé «le courage nécessaire au traitement romanesque d’un tel sujet, et l’intérêt d’une littérature qui cherche à comprendre les rouages du mal absolu».

Déléguée à la politique du livre à Lausanne et responsable de l’organisation de ce prix, Isabelle Falconnier salue ce choix «courageux et audacieux. Ce livre s’attaque à un thème très difficile, choquant. Il pose les limites de la littérature et a suscité des réactions très contrastées. Le jury a estimé que la littérature doit aussi traiter de sujets tabous. C’est justement ce côté déstabilisant qu’il a plébiscité, pour nous faire réfléchir et nous déranger.» De son côté, l’auteur a expliqué qu’il avait souhaité «penser la complexité de l’horreur par la littérature, en particulier la psychologie des victimes, car leur souffrance abyssale est généralement passée sous silence. Pire, on attend de la victime qu’elle soit parfaite.»

Thématique universelle

Président du jury, Pascal Auberson a organisé les deux jours de débat nécessaires au choix du lauréat. «Au départ, Avec les chiens m’a beaucoup touché, presque énervé. C’est une écriture très crue, très honnête aussi. C’est un livre qui dérange, qui va à l’os. Je me suis aussi découvert un petit côté voyeur en tournant les pages.» Il fait le rapprochement avec le procès de l’affaire Marie, mais aussi avec une noirceur qui s’accorde au «contexte actuel de folie. Ce livre soulève la question de savoir jusqu’où l’être humain est capable d’aller.»

Car Antoine Jaquier a abordé une thématique universelle, détachée du terroir romand, ce dont se réjouit Isabelle Falconnier: «C’est une nouvelle preuve du fait qu’ici et maintenant à Lausanne, les auteurs se pensent par rapport à tout l’espace francophone.»

Outre Antoine Jaquier, une sélection volontairement hétéroclite avait retenu cinq autres nominés: Jérôme Meizoz, Frédéric Pajak, Nicolas Verdan, Anne-Frédérique Rochat et Marie-Jeanne Urech. Tous ont fait l’objet de brunches-rencontres très fréquentés au Cercle littéraire de Lausanne, révélant un intérêt soutenu pour les auteurs d’ici. (24 heures)

Créé: 23.03.2016, 22h01

«Je m’étais préparé à perdre»

Réaction

En montant sur la scène du Théâtre de Vidy recevoir son chèque de 20'000 francs des mains du municipal Grégoire Junod, Antoine Jaquier avait la démarche hésitante. «Avec une chance sur six auteurs présents ce soir, je m’étais préparé à perdre et je n’ai donc préparé aucun discours.» L’auteur était aussi tendu après une soirée originale mais décidément trop longue (plus d’une heure et demie) pour remettre un seul prix. Antoine Jacquier a salué l’audace d’un jury pour un livre violent, dont les libraires, dit-il, «m’ont dit qu’ils l’aimaient mais qu’ils avaient parfois de la peine à le conseiller à leurs clients, comme si on était gêné de l’aimer».

En confiant à Pascal Auberson la présidence du jury et le rôle de présentateur de la soirée d’hier, Lausanne avait fait un choix audacieux. Le chanteur a certainement amené beaucoup de vie dans les débats du jury au Château de Lavigny l’autre week-end. Mais il en a trop fait hier soir à Vidy. En soulignant combien il était aussi «amateur» que les six jurés qu’il présidait, le musicien a fait preuve de son immense talent d’improvisateur au piano et de comédien jouant au président fantoche. Il a hélas tellement monopolisé l’espace et le temps qu’il semblait davantage préoccupé par mettre en avant sa propre personne plutôt que les six romans et leurs auteurs. Un interminable discours consacré à lui-même, certes avec humour, avant de donner son avis personnel sur chacun des livres qu’un des jurés présentait ensuite à tour de rôle. Un Narcisso Show qui a hélas un peu masqué l’excellent niveau de cette 2e?édition du prix lausannois, qui, comme l’a relevé Grégoire Junod, «témoigne de la vitalité de la littérature romande». David Moginier

Articles en relation

Antoine Jaquier défend une littérature en prise avec l’actu

Prix des lecteurs 2/6 L’auteur d’«Avec les chiens», roman bâti autour de la figure d’un pédophile meurtrier et sélectionné par le Prix des lecteurs de la Ville de Lausanne, va à la rencontre du public samedi. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.