Fabrice Midal nous invite à faire fleurir notre narcisse intérieur

LivreAprès le succès de «Foutez-vous la paix…», le Français propose un voyage à la rencontre de soi. Il donne une conférence ce lundi soir à Vidy.

Fabrice Midal, philosophe, écrivain et conférencier.

Fabrice Midal, philosophe, écrivain et conférencier. Image: Claude Gassian/Flammarion/DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Fabrice Midal est un homme impressionnant. Il cumule les casquettes d’écrivain, de philosophe de conférencier et il est l’un des principaux enseignants de la méditation en France. Un homme calme dont les propos extrêmement précis font mouche, puisqu’il nous invite à lâcher prise dans une société toujours plus exigeante, à aller à la rencontre de nous-mêmes pour apprendre à nous accepter puis, idéalement, à nous aimer et enfin à cesser de nous sacrifier pour les autres en apprenant enfin à dire non!

Narcissisme contre nombrilisme

Dans son dernier ouvrage sorti il y a un mois, le Français propose une nouvelle interprétation du mythe de Narcisse, un homme qui, selon lui, est un être qui a appris à se rencontrer, à se respecter et à se faire confiance et non pas ce bellâtre egocentrique amoureux de son reflet dans l’eau. En simplifiant à l’extrême, il oppose les notions positive de narcissisme et négative de nombrilisme.

Epuisés jusqu'au burn-out

«J’entends sans cesse que nous vivons dans une société qui est trop narcissique, alors que c’est exactement le contraire. Si les gens passent leur journée à faire des selfies et à les poster sur les réseaux sociaux à la recherche de l’approbation des autres, c’est que justement ils n’ont pas confiance en eux. Je vois des personnes qui se sacrifient pour les autres, pour leur travail jusqu’à l’épuisement, jusqu’au burn-out, qui ont le sentiment de ne jamais en faire assez. Ce ne sont donc pas des humains enfermés sur eux-mêmes, obnubilés par leur confort, leur bien-être, leur image.»

L’auto-proclamé «médecin de la société» ne se contente pas d’établir ce diagnostic: il propose aussi, sur son ordonnance délivrée sous forme de livre mais aussi de conférence, de devenir narcissique pour nous sentir mieux et améliorer la société.

Malveillants envers nous-mêmes

La lutte est donc double: on combat à la fois la malveillance de la société et la malveillance que l’on s’impose à nous-mêmes? «Vous avez raison. La société nous pousse à toujours en faire plus et nous en arrivons à nous maltraiter pour être toujours plus performants. J’appelle cela l’hystérie de la performance. Attention, je suis le premier à prôner l’efficacité, le sérieux et la qualité dans tout ce que nous faisons, mais pas jusqu’à l’obsession. Il est temps de dire à chacun: tu as le devoir de sauver ta peau. Tu ne peux plus te laisser instrumentaliser et déshumaniser par les autres comme par toi-même. Tu as le devoir de respecter l’être humain que tu es.»

Les jeunes adultes à l'écoute

Si ses précédents ouvrages s’adressaient à tout un chacun, Sauvez votre peau! Devenez narcissique semble toucher directement une population très précise: les jeunes adultes. «Cela fait un mois que le livre est sorti et je reçois énormément de messages de parents qui l’offrent à leurs adolescents et qui me disent que ça a changé beaucoup de choses dans leur relation, mais aussi dans leur existence. Beaucoup de jeunes ne se sentent pas à la hauteur et ce livre peut les aider à poser un autre regard sur eux-mêmes On a besoin que quelqu’un nous dise qu’on a le droit d’être comme on est.»

Fabrice Midal prend sans cesse des chemins différents qui mènent au centre de son propos, afin que chacun le saisisse. «Etre narcissique ce n’est pas être centré sur soi-même c’est être à l’écoute de ce qui m’habite, mais aussi de mes réactions par rapport au monde qui m’entoure et respecter l’être humain que je suis. Ce n’est pas être enfermé sur moi et uniquement moi, c’est m’ouvrir à l’inconnu qui est en moi, à mes propres ressources que je ne connais même pas. Si on demande à un jeune ce qu’il veut faire plus tard et qu’il doit aller chercher la réponse au plus profond de lui, c’est hyper paniquant. Mais s’il fait des expériences, rencontre des gens en étant en permanence ouvert aux autres, il va découvrir ce qu’il est».

Conférences Lausanne, Théâtre de Vidy

lundi 19 fév. (19 h) Entrée libre sur réservation www.vidy.ch

Genève, Théâtre de la Madeleine

Me 14 mars (19 h) www.sallecentrale.ch . (24 heures)

Créé: 18.02.2018, 15h35

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Le président de La Poste n'échappe pas aux critiques, paru le 18 juin
(Image: Bénédicte) Plus...