La dernière gorgée douce-amère d’Ariane Ferrier

TémoignageDans un ultime livre sorti mercredi, la journaliste et chroniqueuse genevoise disparue dimanche raconte sa maladie. Sans fard et souvent drôle.

Ariane Ferrier à l'époque de

Ariane Ferrier à l'époque de "Box-office", qu'elle a présenté de 1997 à 2001. Décédée dimanche, elle laisse un dernier livre sur sa traversée du cancer, sorti mercredi.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Avant de s’en aller définitivement dimanche, à 59 ans, Ariane Ferrier a voulu raconter dans La dernière gorgée de bière un autre voyage, «la traversée du cancer sans escale». Avec ce regard et cet humour si particuliers, la journaliste et chroniqueuse genevoise dit tout: le choc du diagnostic, «l’immense effroi» face à cette tumeur du pancréas, la douleur, l’opération, l’hospitalisation, la peur panique du changement de perfusion, la douceur du personnel soignant. Les réactions aussi, les amis qui fuient, ceux qui se rapprochent, formant sa «garde prétorienne» avec ses filles, leur père, et puis sa sœur, retrouvée dans l’épreuve. La démarche peut paraître nombriliste. Elle touche en fait à l’universel. «Tout cela je l’ai vécu comme toi, ma sœur de souffrance, mon frère de chimio», écrit-elle en préambule.

Ce chemin, l’auteure le raconte avec son «âme rigolarde». Elle ne s’apitoie jamais, culpabilise une minute («Je me la serais tricotée toute seule, cette tumeur?»), s’insurge à peine: «Je n’arrive pas à m’offusquer à l’idée de cette mort», qu’elle trouve certes prématurée, mais en aucun cas scandaleuse.

Ce qu’elle aimerait? «Mourir vivante.» Alors elle rit, malgré l’opération subie qui l’en empêche, dans une puissante hilarité intérieure. Loin des considérations métaphysiques, elle préfère relever la langue particulière de ce périple, où l’on parle adénocarcinome, induration, «port à cath». Avance que les amateurs de Scrabble y trouveraient leur miel. Elle n’y joue pas malheureusement. La malade observe son corps devenu «difficile à habiter», se confesse «pétée à la morphine», constate l’abandon consenti du corps, à l’entrée à l’hôpital. Une traversée dont elle n’occulte pas la pénibilité, mais qui provoque souvent le rire. Un livre devenu testament dont on ne peut que respecter le mot d’ordre final: «Maintenant, il faut vivre.»

Créé: 30.11.2017, 09h57

Ariane Ferrier, La Dernière Gorgée de bière, Lausanne, BSN Press, 2017, 104 pages.

Articles en relation

Piquante et sensible, la journaliste Ariane Ferrier s’est éteinte

Hommage Chroniqueuse dans la presse et à la télévision, figure des médias romands, elle raconte sa maladie dans un livre testament qui paraît mercredi. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.