«Le prix montre la vigueur de la littérature romande»

PrixLe Prix des lecteurs de la ville de Lausanne repart avec une sélection mêlant talents confirmés et émergents.

De gauche à droite: Etienne Barilier, Anne-Claire Decorvet, Marc Agron, Bruno Pellegrino, Auguste Cheval, Pascale Kramer.

De gauche à droite: Etienne Barilier, Anne-Claire Decorvet, Marc Agron, Bruno Pellegrino, Auguste Cheval, Pascale Kramer. Image: SEBASTIEN AGNETTI

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

C'est presque une tradition. Chaque automne, le Prix des lecteurs de la Ville de Lausanne dévoile les six Romands qu’un jury populaire devra départager au printemps suivant. Un groupe de spécialistes œuvrant dans les bibliothèques lausannoises a retenu pour cette 5e édition six romans très divers: historique, chronique intime et familiale, satire sociale, histoire littéraire ou récit de voyage.

«On souhaite refléter la diversité de ce qui se fait en Suisse romande, et on n’a aucune peine à trouver des textes, car la qualité est là. Tous les livres retenus méritent, à nos yeux, de gagner le prix», apprécie Isabelle Falconnier, chargée de la politique du livre à Lausanne.

La sélection, qui va d’auteurs renommés comme Pascale Kramer ou Étienne Barilier à de jeunes talents, «montre aussi la vigueur de la littérature romande, sa capacité à se régénérer», ajoute la responsable. Les deux précédentes éditions ont ainsi sacré des premiers romans.

L’an dernier, Laurence Boissier, auteure spécialiste de la forme brève, changeait de forme avec «Rentrée des classes», une chronique tendre et drôle d’une famille en deuil, tandis que l’année précédente, Silvia Härri passait de la poésie au roman avec «Je suis mort un soir d’été», dénouant, dans un récit poignant, un autre drame familial.

Vincent Kucholl président

Le prix représente l’opération phare de la politique menée par la capitale vaudoise pour promouvoir le livre. Avec 20 000 francs à la clé, le concours est très bien doté. Le Prix du public de la RTS, aussi délivré par un jury populaire, octroie pour sa part 10 000 francs.

Les six jurés lausannois seront choisis parmi la septantaine de candidatures qui parviennent en général aux organisateurs. Le comité sera présidé par Vincent Kucholl, dont la voix comptera double lors du week-end de délibérations qui suivra les rencontres prévues au Lausanne Palace, dès octobre.

Éditeur chez LEP (Loisirs et Pédagogie) avant d’être le comédien et humoriste qu’on connaît, appréciant Ramuz, Chessex ou Antoine Jaccoud, il avoue avoir beaucoup à découvrir parmi les auteurs romands. Friand de confrontations d’idées, il se réjouit des débats à venir.

Appel aux jurés

Les habitants du Grand-Lausanne intéressés à faire partie du jury sont priés d’envoyer leur candidature jusqu’au 30 septembre par mail à prixdeslecteurs@lausanne.ch avec leurs coordonnées, âge, profession, habitudes de lecture. www.lausanne.ch/prixdeslecteurs (24 heures)

Créé: 06.09.2018, 11h13

Les six nominés et leur livre

Étienne Barilier

L’essayiste, romancier et chroniqueur né en 1947 à Payerne a publié une cinquantaine de livres et reçu de nombreux prix. Il livre avec «Dans Khartoum assiégée» (Phébus) un roman historique tragique et grandiose fondé sur un épisode réel. Celui d’un chef de guerre et mystique soudanais qui, en 1884, assiège Karthoum pour chasser les Anglais.
Rencontre avec le public le 5 janvier 2019. Elle a lieu, comme les autres, au Lausanne Palace, à 11 h.


Anne-Claire Decorvet

L’écrivaine née en 1956 à Genève a publié cinq romans et reçu plusieurs prix, dont celui du public de la RTS pour «Un lieu sans raison». Dans «Café des chimères» (Bernard Campiche), elle décortique les dérives des rencontres par Internet, mais aussi de la compétition qui fait rage dans le monde du travail. Rencontre avec le public le 10 novembre.

Marc Agron

Le libraire lausannois né à Zagreb en 1963 avait sorti en 2017 un premier roman, le remarqué «Mémoire des cellules» (L’Age d’Homme). Il revient avec «Carrousel du vent», une chronique plus intimiste sous forme de tableaux, où un libraire, justement, voyage dans les souvenirs de son enfance en Europe centrale. Il inaugure les rencontres avec le public, le 13 octobre.

Bruno Pellegrino

Né en 1988 à Morges, l’auteur a publié «Atlas Nègre» en 2015 et «Électrocuter une éléphante» en 2017. Il est membre fondateur de l’AJAR, a coécrit la série «Stand-by» et le roman composé à dix-huit plumes «Vivre près des tilleuls». Avec «Là-bas, août est un mois d’automne» (Zoé), il imagine ce que fut le quotidien du poète Gustave Roud dans les années 60, qui vivait avec sa sœur Madeleine dans la ferme familiale de Carrouge. Rencontre le 2 février 2019.


Auguste Cheval

Dans la vraie vie, il se nomme Laurent Küng. Musicien et coursier à vélo à Lausanne, le benjamin de la sélection, né en 1989 à Vevey, a choisi son pseudonyme en hommage au Facteur Cheval. Après un premier roman en 2016, il raconte dans «Les corps glorieux» (Éd. de La Marquise) l’épopée de trois coursiers qui décident un soir de se rendre à Istanbul pour acheter du tabac, et de revenir à vélo.
Rencontre le 2 mars 2019.


Pascale Kramer

Née à Genève en 1961, a grandi à Lausanne, l’auteure est installée depuis longtemps à Paris. Elle a publié une quinzaine d’ouvrages, et reçu notamment le Prix Schiller pour «L’implacable brutalité du réveil», ainsi que le Grand prix suisse de littérature l’an dernier. Son dernier roman, «Une famille» (Flammarion), décrypte la mécanique d’une famille bourgeoise et catholique qui se dérègle face à l’alcoolisme de l’un des enfants.
Rencontre le 1er décembre.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.