Silvia Härri reçoit deux prix littéraires en une semaine

LivresAprès avoir été distinguée par le public de la RTS, l’auteure genevoise a aussi gagné mercredi le Prix des lecteurs de la Ville de Lausanne.

Silvia Härri a reçu ce mercredi soir au Théâtre de Vidy le Prix des lecteurs de la Ville de Lausanne pour «Je suis mort un soir d’été».

Silvia Härri a reçu ce mercredi soir au Théâtre de Vidy le Prix des lecteurs de la Ville de Lausanne pour «Je suis mort un soir d’été». Image: GIUSEPPE POCETTI

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Deux prix. L’un établi de longue date, l’autre fraîchement créé. Deux prix décernés par des lecteurs. L’un, celui de la RTS, a dévoilé samedi le nom du livre gagnant pour 2017. L’autre, celui de la Ville de Lausanne, a été remis ce mercredi soir au Théâtre de Vidy. Tous deux ont sacré la même œuvre: Je suis mort un soir d’été, de Silvia Härri (Campiche) qui s'est dite «extrêmement surprise et touchée». Et ce sans concertation des jurés, puisque ceux du prix lausannois avaient déjà délibéré depuis près de quinze jours lorsque la RTS a rendu son choix public.

Le livre lauréat est le premier roman de l’auteure genevoise, qui enseigne aussi à mi-temps. Déjà remarquée pour son œuvre poétique, la jeune femme signe ici le récit d’un déni, d’une indicible réalité enfouie, cachée par le héros, même à sa femme. Au chevet de sa sœur en fin de vie, Pietro, architecte italo-suisse installé à Genève à qui tout semble sourire, confesse peu à peu le drame qui a brisé son enfance. Un mal inconnu frappe sa cadette à l’âge de 3 ans, et la verra perdre inexorablement ses facultés intellectuelles. Tandis que la cellule familiale se disloquera face à l’inacceptable. Dans un style poétique et ciselé, Silvia Härri remonte le fil de ce douloureux aveu. «Je voulais montrer comment on peut, des années durant, vivre dans une forme d’imposture en étant une personne qui n’est pas monstrueuse, qui aime sa famille», précisait-elle en février dans nos colonnes.

«Je crois que la littérature a un pouvoir de transformation.»

Si l’histoire est née d’une confession, l’auteure s’en est librement écartée «pour la mener vers une destinée moins cruelle, où la maladie, la honte et les tensions familiales pèsent moins lourd sur les épaules des protagonistes, les entravent moins fort. Je crois que la littérature, parfois, a ce pouvoir de transformation.»

Pour la récompense lausannoise, Silvia Härri était en lice avec cinq autres candidats de poids, aux styles très différents. Louis Soutter, probablement de Michel Layaz (Ed. Zoé), Monsieur et Madame Rivaz de Catherine Lovey chez le même éditeur, Question d’honneur de Janine Massard (Campiche), Croix de bois, croix de fer de Thomas Sandoz (Grasset) et Jambon Dodu d’Olivier Sillig (Hélice Hélas). Le prix est doté de 20'000 francs et d’une résidence artistique d’un mois au Château de Lavigny.

«Les membres du jury ont senti beaucoup de poésie, d’émotion dans ce livre»

«Les membres du jury ont senti beaucoup de poésie, d’émotion dans le livre lauréat, relate le comédien et humoriste Frédéric Recrosio, président du jury. Ils se sont reconnus dans ce récit plongeant dans l’enfance du narrateur. Ce qui a été superbe pour moi, c’est que chaque livre a été le coup de cœur d’un des six jurés, et ce qui a été terrible, c’était de passer, au fil des discussions, de six nominés tous talentueux à cinq perdants.»

Déléguée à la politique du livre à la Ville de Lausanne, qui organise le prix, Isabelle Falconnier observe qu’il s’agit pour la troisième fois de lauréats «en début de parcours», comme pour Sébastien Meier avec Les ombres du métis, puis Antoine Jaquier l’an dernier pour Avec les chiens. «Le fait que ce soit cette fois une Genevoise, après deux Lausannois, montre par ailleurs que ce prix romand n’a aucune volonté de rester centré sur la capitale vaudoise.» (24 heures)

Créé: 05.04.2017, 20h44

Articles en relation

Silvia Härri gratte avec style sous la carapace

Littérature La Genevoise est en lice pour le Prix des lecteurs de la ville de Lausanne. Rencontre. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 novembre 2018
(Image: Bénédicte) Plus...