Tonnerre de Brest! Toujours fringant, Tintin fête ses 90 ans!

Bande dessinéeCréé le 10 janvier 1929 et devenu universel, le héros d’Hergé n’a pas pris une ride. Les spécialistes Philippe Goddin et Benoît Peeters expliquent pourquoi il reste d’une stupéfiante modernité.

Image: © Hergé/Moulinsart 2019

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C'était le 10 janvier 1929. Dans les colonnes du supplément jeunesse du quotidien belge catholique «Le XXe siècle» naissait un petit personnage nommé Tintin. Sur la première case de ses aventures au pays des Soviets, on découvrait un visage rond coiffé d’une casquette, portant le pardessus typique des globe-trotters de l’époque. Ce que l’on suppose être le directeur du «XXe siècle», un vieux monsieur à lunettes, digne, barbu, arborant une pipe en bouche, lui fait ses dernières recommandations avant que notre héros parte pour la Russie: «Bon voyage! Soyez prudent et tenez-nous au courant.» Sur le quai de la gare, la main agrippée à la rampe du train, le jeune Tintin parle à son chien Milou déjà grimpé dans le wagon: «Allons Milou! Fais tes adieux à tous ces messieurs.» Voilà! En une case déjà, on trouve une sorte de précipité de l’univers de Tintin. Avant même de s’élancer dans cette rebondissante aventure soviétique, Tintin est déjà en partance. La vitesse, le voyage, l’aventure, la découverte d’autres pays…

Un personnage légendaire est sur le point de prendre un train qui, quatre-vingt-dix ans plus tard, n’est pas près de s’arrêter. Comment diable un jeune Belge nommé Georges Remi, alias Hergé (1907-1983), élevé dans un milieu peu ouvert à l’art, a-t-il pu donner naissance à une œuvre universelle qui depuis presque un siècle passe les pays et les générations?

Tout a démarré «comme une farce»

Pourtant, comme le raconte le spécialiste de Tintin, Philippe Goddin (auteur d’une gigantesque encyclopédie «Hergé, chronologie d’une œuvre»), «tout a démarré «comme une farce» m’a confié Hergé lorsque je l’ai rencontré pour la première fois en 1973. Hergé était un homme charmant, très attentif à répondre à toutes les demandes qu’on lui faisait, mais, surtout, il était resté humble par rapport à sa propre création.»

Ce qu’Hergé entend par le mot «farce», d’après l’«Hergéologue» Philippe Goddin, c’est que la création de Tintin s’est faite rapidement, sur un coup de tête. «L’abbé Wallez avait remarqué le talent du jeune Hergé, raconte Goddin, qui vient de signer un ouvrage érudit sur «Les Tribulations de Tintin au Congo». C’est de cette manière que Tintin est né, avec pour mission de dévoiler les pires versants de l’Union soviétique… Le premier Tintin est un personnage mal dégrossi et plein de préjugés. Il véhicule l’esprit de son époque. C’est également ce que l’on voit dans «Tintin au Congo», où le paternalisme colonial est très présent, ainsi qu’une forme de racisme des années 1930. Pourtant, Hergé a su se détacher rapidement de l’emprise de l’abbé Wallez pour tailler sa propre route.»


Lire aussi: Une version digitale de «Tintin au Congo» et un débat sans fin


Quatre-vingt-dix ans après, Tintin résiste à tout. On a longtemps pensé que Tintin était un héros de BD lisse et sans aspérité. Pourtant, au tournant du IIIe millénaire, il ne cesse de créer de nouvelles polémiques… et devient – c’est presque un comble –, un héros «politiquement incorrect». Tantôt icône gay, éternel enfant, asexué, misogyne, reporter qui a la bougeotte dans un univers où les femmes sont absentes, mis à part la Castafiore, on l’a tour à tour taxé de raciste avec «Tintin au Congo», d’anticommuniste primaire avec «Tintin chez les Soviets», et même d’antisémite dans «L’Étoile mystérieuse»…

«Le fait même qu’il existe toujours des polémiques autour de l’œuvre montre sa grande vitalité. Tintin reste un personnage d’une étonnante modernité»

À toutes ces accusations, le biographe d’Hergé, Benoît Peeters, répond simplement: «Le fait même qu’il existe toujours des polémiques autour de l’œuvre montre sa grande vitalité. Tintin reste un personnage d’une étonnante modernité. Tintin n’est pas Bécassine, Zig et Puce ou les Pieds Nickelés, il reste simplement notre contemporain.» La preuve? Elon Musk, qui veut envoyer un engin baptisé SpaceX sur la Lune en 2023, s’est inspiré du design de la fameuse fusée à damier rouge et blanc d’«Objectif Lune» pour son vaisseau spatial, dont il a rendu public le modèle le 7 janvier 2019.

Pourquoi une telle modernité? Benoît Peeters analyse la chose avec un brin d’humour: «Tintin est un personnage qui ne vieillit pas. Il évolue dans une œuvre intemporelle qui a fini par devenir universelle, grâce au génie d’Hergé.» Pour Peeters, «c’est réellement son abstraction qui fait la modernité de Tintin. Ce virevoltant globe-trotter est une figure non psychologique: il n’a pas de parent, pas d’enfance, pas de passé, pas de rapport vicié avec l’argent. C’est parce que Tintin est une impossibilité, c’est parce qu’il n’a pas de nom, qu’il n’a pas d’âge que tout le monde peut s’identifier à lui.»

On peut même se demander dans quelle école il a été formé tant son champ de compétences est élargi. Car Tintin sait tout faire: conduire une voiture, une moto, un bateau, un train, un avion, et même une fusée! Il parle toutes les langues, sait nager, plonger, sauter en parachute… «Tintin, c’est un peu le «mythe du surenfant», affirme Benoît Peeters, empruntant la formule à Jean-Marie Apostolidès. Chaque adulte porte en lui un surenfant pas tout à fait accompli. Tintin en est le modèle idéal. C’est un être antipsychanalytique. Son mode de relation aux autres se vit sur le mode de l’amitié. La mémoire de Tintin n’est que celle de ses aventures. C’est un personnage irréel, asexué. Il incarne l’action pure, l’intrépidité même.»

«La liberté pure»

Surtout, Tintin c’est une forme supérieure de liberté. «Tintin, c’est la liberté pure, se réjouit Peeters. Il n’a de comptes à rendre à personne. Même pas à une amoureuse… C’est un héros épargné par le réel. Dans ses 24 aventures, dont 22 achevées, Hergé a eu le génie d’associer suspense et drôlerie, comme dans les meilleurs films d’Hitchcock.»

Qu’en est-il de l’avenir de Tintin? Dans la mesure où Hergé a émis le désir que son personnage cesse de vivre de nouvelles aventures après sa mort, et même s’il ne tombera dans le domaine public qu’en 2053, l’avenir d’une telle œuvre n’est pas uniquement tournée vers les salles des ventes ou les musées. «Le futur de Tintin devra s’écrire du côté de l’audiovisuel, conclut Benoît Peeters. Comme avec le prochain film de Peter Jackson, qui adapte «Le Temple du soleil», toujours produit par Steven Spielberg. En même temps, j’avoue mon impuissance. Je ne suis pas Madame Irma. La vie posthume d’une œuvre n’appartient pas à son auteur…» Si cela se trouve, Tintin explorera un nouveau chemin pour émerveiller petits et grands, de 7 à 77 ans.

Créé: 16.03.2019, 18h01

Quelques actualités

Dans les pas du héros




Collection documentaire en trois épisodes, «Les mystères de Tintin», diffusés sur France 5, a envoyé le blogueur voyage Alex Vizéo aux quatre coins du monde, sur les traces de l’intrépide reporter, du Pérou à l’Écosse, en passant par la Chine.




Tribulations africaines



Dans «Les Tribulations de Tintin au Congo», étude sur la deuxième aventure du reporter, paru fin novembre aux éditions Casterman, le critique littéraire et spécialiste d’Hergé Philippe Goddin revient sur la bande dessinée controversée. Il dévoile les secrets de l’élaboration de ses différentes versions et remet en perspective les accusations de racisme qui entachent cette œuvre de jeunesse.




Retour sur grand écran
Après Steven Spielberg, qui avait réalisé «Le Secret de la Licorne», c’est au tour de Peter Jackson, à l’origine de la superproduction en trois chapitres «Le Seigneur des Anneaux», d’adapter les aventures de Tintin au cinéma. Avec toujours Andy Serkis dans le rôle du Capitaine Haddock et Jamie Bell dans celui de Tintin, «Le Temple du Soleil», réalisé en motion picture, sortira dans les salles obscures en 2021.




En fusée sur la lune?



L’entrepreneur Elon Musk veut envoyer sur la Lune, en 2023, un engin spatial baptisé SpaceX. Pour son vaisseau, dont il a rendu public le design le 7 janvier 2019, il s’est inspiré de la fusée à damier rouge et blanc d’«Objectif Lune». Reste à savoir si Tintin, Haddock et Milou embarqueront à son bord…




En voiture, Milou!



Hachette et Moulinsart vont produire une collection des plus belles voitures dessinées par Hergé à l’échelle 1/24e. Elles seront disponibles à partir du deuxième trimestre 2019. DR




Feuilleton radiophonique

Depuis 2015, France Culture et la Comédie-Française développent en collaboration avec Moulinsart des adaptations radio des aventures du petit reporter. Le prochain épisode inédit, «Le Temple du Soleil», sera diffusé le 22 avril. Plusieurs épisodes de décembre, comme «Les Cigares du Pharaon» et «Les Sept Boules de Cristal», sont aussi toujours disponibles sur le site de la radio.




Un inachevé dans les tiroirs



En 1958, Hergé a travaillé avec l’aide du scénariste Greg sur «Tintin et le Thermozéro», aventure restée inachevée. Soixante et un ans plus tard, Casterman annonce son intention de convaincre l’ayant droit d’Hergé, Fanny Rodwell, de publier cette histoire inédite. Au début du récit, Tintin était témoin d’un grave accident de voiture sur la route du château de Moulinsart. En pleine guerre froide, un blessé avait dans sa poche une arme secrète et radioactive baptisée Thermozéro. Hergé se concentrera finalement sur «Les bijoux de la Castafiore».

«Geo» envoie Tintin à l’aventure

Mook

Comment faire entrer Tintin dans le XXIe siècle? Hergé avait fait de son héros un détonateur du monde qui nous entoure. À travers ses aventures, Tintin posait un regard sur l’actualité de son temps. Éditeur chez Moulinsart, Didier Platteau a eu l’idée de proposer au magazine «Geo» de revisiter l’univers d’Hergé en partant avec Tintin à la découverte du monde d’aujourd’hui. Quatre fois par an, un nouveau mook de 150 pages intitulé «Tintin, c’est l’aventure» proposera des reportages, des enquêtes, des rencontres avec ceux qui font le XXIe siècle. Pour la première fois, de grands auteurs de bande dessinée contemporains seront invités à créer des aventures librement inspirées de l’esprit d’Hergé. Le projet est d’imaginer des œuvres modernes, d’aujourd’hui, à l’écart de la ligne claire, de l’hommage, du pastiche…

L’objectif de ces mooks sera de montrer que 90 ans après sa création, Tintin incarne plus que jamais l’esprit de l’aventure. Le premier numéro doit paraître en juin et sera consacré à la conquête spatiale, un demi-siècle après le premier pas de l’homme sur la Lune. Un défi que relèvera le Belge Bernard Yslaire, toujours en quête de nouvelles voies d’expression graphiques et narratives, créateur de «Sambre», de «XXe ciel» ou d’«Uropa». «Quand la proposition de Moulinsart et de «Geo» m’a été faite de participer au premier numéro du mook «Tintin, c’est l’aventure», je me suis dit que ce devait être le destin, explique Bernard Yslaire. Mon père était journaliste culturel. Je me souviens qu’il avait invité Hergé à la maison.»

Pour l’auteur, l’artiste est à la bande dessinée ce que Shakespeare est au théâtre, à la tragédie. Il est donc hors de question d’essayer de l’imiter. «On ne peut pas dessiner les enfants de Roméo et Juliette. Pourquoi vouloir répéter, cloner? L’idée de raconter une nouvelle histoire dans l’esprit d’Hergé mais qui ne serait en rien un nouveau Tintin m’a immédiatement passionné. Hergé était un artiste, un auteur avec un regard particulier. Il faudra prendre de la distance pour faire quelque chose qui s’inscrive dans l’esprit de Tintin sans Tintin. […] Dialoguer avec le plus grand auteur de bande dessinée, c’est du bonheur. C’est aussi une chance pour le futur de la bande dessinée belge car Tintin n’a pas d’âge. Il ne meurt pas. Il nous montre le monde. Il l’arpente. Je vais tenter de faire un récit en résonance, en rime avec Tintin.»

DA. CV.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.