Un enfant enrôlé malgré lui dans le terrorisme trouvera-t-il sa rédemption?

RomanJournaliste au «Temps», Christian Lecomte signe «Cellule dormante», une immersion plus vraie que nature au cœur du djihadisme algérien.

Le Genevois Christian Lecomte a vécu cinq ans en Algérie.

Le Genevois Christian Lecomte a vécu cinq ans en Algérie. Image: LAURENT GUIRAUD

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Nissam, un jeune Français d’origine algérienne, tombe contre son gré dans un réseau islamiste et devient une «cellule dormante» à Genève, chargée de renseigner son QG pour un futur attentat. L’histoire que raconte Christian Lecomte commence dans la noirceur et se poursuit jusque dans les ténèbres: les pires malheurs vont petit à petit conduire le jeune protagoniste aux bans de la société et l’abandonner face à un avenir peu réjouissant.

Pour mieux comprendre d’où provient l’inspiration de l’auteur, il faut inévitablement revenir sur son passé. Christian Lecomte a été correspondant pour «Ouest France» et «Le Monde» à Sarajevo entre 1992 et 1998, puis en Algérie pour le journal «Le Temps», de 2000 à 2005. C’est donc sur place que le journaliste s’est imprégné de l’ambiance, des quartiers et de l’esprit de la capitale. «Les lieux décrits dans mon roman existent bel et bien. Je les ai tous visités. Mon vécu en Algérie m’a inspiré notamment en ce qui concerne les décors. J’arrivais à y imaginer les scènes de mon intrigue», explique-t-il. Néanmoins, les protagonistes relèvent tous de la fiction, sauf un: Jean Mathieu, un vieil homme qui gagne sa vie en faisant explorer une grotte aux touristes.

Grâce à ses rencontres avec des djihadistes repentis, Christian Lecomte a pu façonner les traits des personnages de son livre qui fréquentent le maquis et manipulent Nissam afin de l’enrôler. Contrairement aux autres, Nissam n’est pas un jeune islamiste, il a intégré le groupe par un concours de circonstances. «Il va d’ailleurs déjouer deux attentats. Preuve qu’il est loin du terrorisme qui se révèle bien plus violent», précise l’auteur.

Le séjour algérien de Christian Lecomte lui a aussi permis de mieux comprendre le quotidien des Algériens qui vivent en France, ne s’estimant chez eux nulle part, ni dans leur pays d’origine ni dans leur pays d’accueil. «Ces jeunes, de la 2e, voire de la 3e génération sont partagés entre deux cultures et subissent de plein fouet la ghettoïsation des cités françaises. Selon moi, leur apporter un cadre de vie décent, qu’ils résident en France ou en Algérie, demeure la solution pour endiguer la radicalisation», affirme-t-il. Plus qu’écrire un roman sur le terrorisme, l’auteur a souhaité mettre en exergue les mains tendues qui se dressent sur notre chemin. «Certaines portent le mal et d’autres le bien. J’ai voulu parler de ces gestes ordinaires exécutés par des individus qui nous viennent en aide». Christian Lecomte éclaire aussi la notion de «cellule dormante», ce nom que l’on donne aux agents de renseignement infiltrés. Un rôle qui, dans le cas de Nissam, débouchera sur des rencontres inattendues. «Sur son chemin de vie, différents personnages vont lui offrir une partie de son salut. Ces figures, parmi lesquelles la communauté rom de Genève, les bonnes sœurs du cloître ou le vieux de la grotte, évoluent en marge de la société en raison de leurs conditions d’existence. Mais elles ont toutes de belles vies, chacune à sa manière.»

Christian Lecomte aime se laisser guider par ses personnages, dont la nature bienveillante apporte de la beauté à la narration. Leur humanité tranche d’ailleurs radicalement avec un style d’écriture à la fois abrupt et direct. «Un langage familier, parfois parlé, permet de poser un regard immédiat sur les choses, comme celui d’un enfant, fait de constatations naïves et candides, mais tellement vraies», indique l’auteur. Déjà bien classé dans les ventes, «Cellule dormante» promet de devenir une lecture incontournable de la rentrée littéraire.


«Cellule dormante» Christian Lecomte, Ed. Favre, 192 pages

Créé: 11.08.2019, 20h40

Articles en relation

Les pirates partent à l’abordage de la littérature jeunesse

Phénomène Les corsaires et rois de la flibuste attaquent en force à la rentrée. Tour d’horizon. Plus...

Andrea Camilleri cuisinera les abrutis depuis l’au-delà

Littérature Le patron du commissaire Montalbano fait la sieste pour l’éternité depuis hier. Hommage. Plus...

Lauren Groff dans les marécages de «Floride»

Littérature Après le prenant «Les furies», l’Américaine revient à la nouvelle lestée de fantastique. Critique. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 22 août 2019
(Image: Bénédicte ) Plus...