Astérix est né en 2 heures, dans l’urgence et la joie

Astérix a 60 ansRené Goscinny et Albert Uderzo ont créé l’univers du petit Gaulois de manière fulgurante.

René Goscinny et Albert Uderzo ont créé l’univers du petit Gaulois de manière fulgurante.

René Goscinny et Albert Uderzo ont créé l’univers du petit Gaulois de manière fulgurante.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Astérix est né dans la joie. C’était de bon au­gure…» Ain­si s’exprime René Goscinny, posthume, dans un récent hors-série des «Cahiers de la bande dessinée», évoquant les premiers pas de son héros au cours d’un document d’archives. S’il assure qu’avec Albert Uderzo ils se sont «amusés comme des fous» en jetant les bases de leur série, le génial scénariste omet de préciser qu’Astérix a vu le jour dans l’urgence, improvisé en deux heures sur un coin de table. Retour sur une création fulgurante qui reste plus que jamais, soixante ans après ses débuts, une icône de la bande dessinée.

En 1959, Goscinny est âgé de 33 ans. Avec son alter ego Albert Uderzo, d’un an son cadet, il travaille sur la série «Oumpah-Pah», publiée dans le journal «Tintin». Succès mesuré pour cette excellente BD humoristique contenant en germe ce qui fera le succès d’Astérix plus tard. Tout en continuant à plancher sur «Oumpah-Pah», le duo songe à un nouveau projet… à mille lieues d’un irréductible village gaulois. Les deux auteurs font alors partie d’une petite équipe mandatée par le publicitaire François Clauteaux pour créer un nouveau journal pour les enfants, financé par Radio Luxembourg. Le nom de ce périodique? «Pilote».

Pour ce futur hebdomadaire, Goscinny et Uderzo ont imaginé une série en forme de fabliau animalier. L’adaptation du fameux «Roman de Renart». «C’était un projet idéal, car il m’offrait l’occasion de dessiner mon sujet de prédilection, les animaux», raconte Uderzo en 2015 dans le magazine «Kaboom». Plusieurs planches ont été élaborées. L’une d’entre elles, finalisée, prend place dans différentes prémaquettes du journal. C’est bien parti…

Sujet déjà abordé

Sauf qu’à moins de trois mois de la sortie du premier numéro de «Pilote», le dessinateur Raymond Poïvet («Les pionniers de l’Espérance») signale que le sujet a déjà été abordé une dizaine d’années auparavant par un autre bédéaste, Jean Trubert. Goscinny et Uderzo se regardent, consternés. Eux qui entendaient trouver un concept inédit se voient contraints de remettre l’ouvrage sur le métier. Et vite.

Les deux compères se réunissent de toute urgence chez Uderzo. Sur le balcon du dessinateur, en face du cimetière de Pantin, dans la banlieue nord de Paris, les pastis défilent et les cigarettes se consument. Goscinny demande à son complice de passer en revue les grandes périodes de l’histoire. Uderzo se lance: la préhistoire? Déjà fait. Alors, les Gaulois peut-être? Oui, les Gaulois, bon ça les Gaulois! Goscinny part au quart de tour. Bien sûr, Jacques Martin en a déjà représenté un: Alix. Mais c’est de la BD réaliste. Tout comme les onomatopées, les idées fusent au cours de cette séance intensive de brainstorming. Pendant qu’Uderzo réalise ses premiers croquis, Goscinny griffonne au Bic rouge des noms et des lieux sur une feuille A4 à petits carreaux. Astérix, Obélix, Panoramix et autre Assurancetourix figurent sur cette liste initiale, avec leur fonction: guerrier, livreur de menhirs, druide, chef, barde. Deux personnages, Avoranfix et Souletropix, ne verront jamais le jour. Le centurion Caïus Bonus apparaît, au-dessus d’une série de légionnaires emmenés par Marcus Sacapus. Jules César clôt cette énumération, où prennent place également quelques dieux gaulois – Toutatis, Belenos, entre autres – qu’invoqueront régulièrement nos héros. La potion magique est mentionnée, sous l’étrange appellation de «contrepoison».

À la fin des années 50, l’histoire de France ne s’intéresse guère aux Gaulois. Goscinny passe en revue ce qu’il a appris sur eux au collège de Buenos Aires, où il a effectué sa scolarité. Qu’a-t-il retenu? «Les druides, le gui, le ciel qui menace de tomber sur la tête.» Pas de quoi se lancer dans une série réaliste. Mais ça tombe bien, car les auteurs d’Astérix n’entendent pas donner dans la reconstitution historique. La preuve? Le petit Gaulois va se trouver doté d’un casque ailé, alors que ce couvre-chef ne correspond pas à la réalité des faits.

«Nous n’avions absolument aucune vocation pédagogique», explique Uderzo dans «Kaboom». Puisque la documentation fait défaut, les auteurs jouent avec les connaissances générales du grand public. «Nous en étions réduits à utiliser les manuels scolaires de notre enfance. Les huttes rondes que j’ai longtemps dessinées sont fausses, mais elles me viennent des cours d’histoire enseignés en primaire. On sait aujourd’hui que les habitations gauloises étaient carrées.» Avec le recul, Uderzo bat sa coulpe, lui qui a aussi commis l’erreur de dessiner des cheminées sur le toit de ses huttes. Mais sur le moment, comment démêler le vrai du faux?

Un antihéros

Astérix, Uderzo l’imagine comme l’un de ses précédents personnages, Arys Buck, créé en 1946: un grand blond, costaud en diable. Goscinny le voit tout autrement: «Je veux un petit bonhomme laid, un antihéros», souligne-t-il. Uderzo s’exécute, crayonne un nabot colérique, avec un gros nez. Mais comme il est têtu, il lui adjoint un balèze aux épaules carrées, qui va vite prendre du ventre. À ses débuts, Obélix porte une hache, avant de devenir livreur de menhirs.

Le premier numéro de «Pilote» paraît le 29 octobre 1959. Son sous-titre le présente comme «le grand magazine des jeunes». Sur sa trentaine de pages, deux tiers sont consacrées à du rédactionnel. On parle conquête spatiale, ascension de l’Everest, football. Astérix a droit à une page, tout comme les aventures des pilotes Tanguy et Laverdure, également dessinées par Uderzo. Assez rapidement, il va investir le quatrième de couverture, un emplacement privilégié. Publié en 1961, «Astérix le Gaulois», le premier album de la série, est tiré initialement à 6000 exemplaires. On connaît la suite…

Créé: 27.10.2019, 08h35

Articles en relation

«Nous voulons retrouver l’Astérix teigneux et farceur»

Astérix a 60 ans Jean-Yves Ferri et Didier Conrad, 60 ans comme Astérix, ont découvert enfants le petit Gaulois. Et maintenant ils l’enfantent. Pas toujours facile. Plus...

Astérix fête ses 60 ans avec une ado!

Bande dessinée Elle s’appelle Adrénaline, c’est une adolescente qui va semer la pagaille au village et dont on attend des ventes colossales… Plus...

En dates

1959 Le premier numéro de l’hebdo «Pilote» paraît le 29 octobre. Astérix en fait partie. Obélix aussi, dans un rôle secondaire.

1961 Sortie d’«Astérix le Gaulois» tiré initialement à 6000 exemplaires. Il est aujourd’hui très recherché sa cote peut dépasser les 1000 euros!

1965 Première apparition d’Idéfix dans «Le tour de Gaule d’Astérix». Le chien a été baptisé grâce à un concours dans le journal «Pilote».

1970 Astérix débarque «Chez les Helvètes». Une idée suggérée par le président Georges Pompidou, fan déclaré du petit Gaulois.

1977 René Goscinny décède à 51 ans, victime d’une crise cardiaque en plein test d’effort sur un vélo d’appartement, chez son cardiologue.

1980 Uderzo est seul aux commandes pour «Le grand fossé» après 26 années de complicité avec son alter ego.

1989 Ouverture du Parc Astérix, à une trentaine de km de Paris. Le site de 22 hectares est alors composé de cinq quartiers thématiques.

1999 Zidi signe «Astérix et Obélix contre César», première adaptation en film live qui réunit 23 millions de spectateurs dans le monde.

2005 «Le ciel lui tombe sur la tête» est le dernier album d’Astérix signé par Albert Uderzo. Incontestablement le moins bon.

2013 Jean-Yves Ferri (scénario), Didier Conrad (dessin) livrent «Astérix chez les Pictes». Les Gaulois mettent le cap sur l’Écosse.



Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.