La «Cinquième saison» de la littérature romande

PublicationUne revue trimestrielle de 150 pages verra le jour en octobre. Avant-goût avec Julien Sansonnens, du comité de rédaction.

L'auteur romand Julien Sansonnens fait partie du comité de rédaction de la nouvelle revue La cinquième saison, dédiée à la littérature romande.

L'auteur romand Julien Sansonnens fait partie du comité de rédaction de la nouvelle revue La cinquième saison, dédiée à la littérature romande.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Il y a les rentrées saisonnières du monde du livre, voici qu’arrive La cinquième saison. Une revue trimestrielle de 150 pages consacrée à l’univers littéraire romand. L’opus accueillera tout à la fois des critiques, des inédits, des tribunes libres, avec une ouverture sur «l’ailleurs et l’autrefois». Les instigateurs disent avoir «fait le pari d’une publication sur papier offrant une large place au texte». Julien Sansonnens, auteur (Jours adverses, Les ordres de grandeur) et ancien député du groupe Ensemble à Gauche, forme le comité directeur avec Cédric Pignat et Christophe Gaillard. Tous trois publient aux Editions de l’Aire.

La nouvelle revue serait-elle une vitrine de la maison veveysanne? «Il y a vraiment une volonté pour que ce ne soit pas le cas. L’éditeur nous aide pour la logistique, mais l’idée est d’ouvrir largement nos pages à toutes les personnes intéressées par la création littéraire en Suisse romande. Le sommaire du premier numéro en atteste.» Au menu, un texte introductif de l’écrivain, critique littéraire et ancien collaborateur de 24 heures Jean-Louis Kuffer, mais aussi des inédits de Jacques Chessex ou de Jérôme Meizoz, des critiques de livres parus chez divers éditeurs, d’Hermine blanche de la Valaisanne Noëlle Revaz (Gallimard) aux Fables de la joie du Lausannois Stéphane Blok (Campiche) en passant par le Fribourgeois Eric Bulliard, qui reçoit samedi le Prix Edouard-Rod pour son premier roman, L’adieu à Saint-Kilda (L’Hèbe). Ou encore un portrait de Corinne Desarzens, qui vit un automne fertile avec Le soutien-gorge noir (L’Aire) et Couilles de velours (Autre Part).

La revue est née d’une inquiétude: «Riche et foisonnante, la littérature romande peine à trouver l’attention et les relais qu’elle mérite.» Julien Sansonnens évoque une réflexion en germe depuis longtemps, mais «la disparition de L’Hebdo a agi comme catalyseur». La publication ne se veut-elle qu’un mouvement réactif et critique envers les médias? «Nous avons aussi remarqué qu’il manquait une revue entre celles à visée académique et celles de création.»

Si le premier numéro sortira en octobre, une campagne de financement participatif qui court pendant encore un bon mois doit servir à assurer la parution des trois suivants. (24 heures)

Créé: 12.09.2017, 19h19

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

À défaut d'accord-cadre, Jean-Claude Juncker et Doris Leuthard se sont félicités à Berne de la nouvelle «dynamique positive» entre l'UE et la Suisse, qui débloquera par ailleurs 1,3 milliard pour les pays de l'Est (publié le 24 novembre 2017)
Plus...