Passer au contenu principal

Créateur d’images, Etienne Delessert se raconte avec des mots

A 64 ans, le célèbre artiste vaudois établi aux Etats-Unis a choisi de dévider lui-même le fil de sa vie.

A  64 ans, Etienne Delessert, natif de Lausanne qui a aussi dégoté un passeport étasusien, troque ses pinceaux pour la plume d'écrivain.
A 64 ans, Etienne Delessert, natif de Lausanne qui a aussi dégoté un passeport étasusien, troque ses pinceaux pour la plume d'écrivain.
DR
Etienne Delessert dans «le jardin d'Eden» à la Cabolette, 1944.
Etienne Delessert dans «le jardin d'Eden» à la Cabolette, 1944.
DR
«Yok-Yok», «Promenade en forêt», 2013.
«Yok-Yok», «Promenade en forêt», 2013.
DR
1 / 13

Il a toujours raconté des choses, mais en imagier, en enlumineur de poèmes ou de contes écrits souvent par d’autres – dont Jean Piaget et Eugène Ionesco, qui le tenait pour un «Jérôme Bosch moderne». Aux œuvres de ces maîtres à penser universels, Etienne Delessert avait su restituer des clartés enfantines qu’ils avaient oubliées. Ses yeux sont bleu Léman, son océan familier, quand bien même il survole souvent l’Atlantique depuis trente ans qu’il s’est établi en Nouvelle-Angleterre avec sa bien-aimée, Sarah Marshall. Une graphiste américaine elle aussi de haut vol. Et voici que, à 64 ans, ce natif de Lausanne – qui a aussi dégoté un passeport américain – troque ses pinceaux pour la plume.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.