«Demain la Suisse» raconte 42 histoires qui donnent de l’espoir

LivresUn album rassemble les reportages que nous avons effectués l’été dernier.

Au col du Julier, le Festival Origen a construit une tour de 30 mètres en bois au carrefour des cultures.

Au col du Julier, le Festival Origen a construit une tour de 30 mètres en bois au carrefour des cultures. Image: PATRICK MARTIN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Tout au long de l’été 2017, la rédaction de 24 heures a parcouru la Suisse pour en raconter les initiatives qui imaginent un avenir différent. À l’image du film Demain, ces 42 reportages se sont attachés à des espoirs, à des envies, à des projets ou à des réalités qui touchent aussi bien notre environnement, notre société, notre mobilité ou notre culture.

Certains sont anciens, comme Mobility, cette autre manière de voyager lancée par une coopérative d’autopartage en 1997 et qui compte aujourd’hui plus de 130'000 membres en Suisse. Certains sont populaires, comme Klybeck, la plus grande friche industrielle de Suisse, laissée libre par Novartis et BASF à Bâle, et dont les habitants veulent garder l’esprit libertaire et bon marché.

Il est question de préserver quand le val Bavona, au Tessin, récupère le gneiss de ses bâtisses abandonnées pour construire les résidences de vacances qui le font vivre aujourd’hui. Ou quand Daniel Beuret ramène vaches et chèvres à Ossona, dans le val d’Hérens, pour y faire renaître une agriculture de montagne que certains condamnent déjà.

Il y a beaucoup de partages, qu’il s’agisse de travailler ensemble ou de faire des colocations intergénérationnelles. Et on y parle aussi d’agriculture, comme Sativa, qui produit des graines et semences biodynamiques, ou Schweibenalp (BE), où une communauté 2.0 travaille la plus grande permaculture du pays. Quarante-deux projets qui font du bien. (24 heures)

Créé: 14.12.2017, 13h32

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.