Passer au contenu principal

Don Winslov exporte l'Amérique à Quais du Polar

Comme d’autres de ses prestigieux collègues, l’auteur new-yorkais s’invite à Lyon à la 11e édition de la grand-messe du roman policier. De quoi passer le genre en revue.

Héritier de Raymond Chandler, l’Américain Don Winslow défend le roman noir au prochain Quais du Polar à Lyon.
Héritier de Raymond Chandler, l’Américain Don Winslow défend le roman noir au prochain Quais du Polar à Lyon.
Dukas

Invité à Quais du Polar de Lyon, le Cubain Leonardo Padura, 60 ans, mène la révolution à sa façon: «Tous les grands sujets de la littérature peuvent être abordés par le biais du très souple roman policier.» Autre empêcheur de penser en rond, lui aussi attendu, l’Ecossais Ian Rankin, 55 ans, résume: «Pour moi, un bon roman policier montre le monde sous un angle que je n’avais jamais envisagé auparavant – prenez Ruth Rendell, très bonne car elle montre un Londres qu’on n’aurait jamais vu si on n’avait pas lu ses livres.» Aurélien Masson, patron de la Série Noire, 70 ans déjà depuis sa création par Marcel Duhamel dans les caves de la maison Gallimard, ne dit pas autrement: «La littérature policière, ghetto symbolique, reste une autre manière d’envisager le livre. Spécialement grâce à James Ellroy, véritable déclencheur du phénomène dans les années 80: comme Flaubert dans L’éducation sentimentale, il a ancré dans son époque une grille de lecture différente.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.