Frédéric Pajak embrasse deux immenses poètes «femelles»

LittératureLe tome VII du «Manifeste incertain» rend visite à Emily Dickinson et Marina Tsvetaieva. Critique

La poétesse russe Marina Tsvetaieva (à g.) avec sa fille Ariadna, un dessin inspiré au dessinateur-écrivain par une photographie.

La poétesse russe Marina Tsvetaieva (à g.) avec sa fille Ariadna, un dessin inspiré au dessinateur-écrivain par une photographie. Image: F. PAJAK

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«J’ignorais tout d’une poésie «femelle» jusqu’au jour où, il y a une trentaine d’années, j’ai découvert les poèmes d’Emily Dickinson et de Marina Tsvetaieva.» Dans le 7e tome de son «Manifeste Incertain», le dessinateur-écrivain Frédéric Pajak se penche jusqu’au vertige sur deux insignes destins. L’auteur n’ironise pas sur leur condition féminine, mais insiste au contraire sur la singularité de démarches intransigeantes et exemplaires.

La première (1830-1886), Américaine presque cloîtrée dans sa demeure d’Amherst et protestante très atypique par sa liberté de pensée, ne publie de son vivant qu’une dizaine de textes sur une œuvre qui en compte quelque 1800. La seconde (1892-1941), Moscovite exaltée dans une époque de guerres et de révolutions, se pend après une vie de misère et d’exils. Deux poétesses aux vies quasi opposées, mais qui tendent toutes deux à ne considérer qu’une seule réalité, l’altière intensité des mots éprouvée dans une inviolable intimité.

Frédéric Pajak ne propose pas d’exégèses fouillées de leurs œuvres, mais s’attache à montrer, en limier de biographique, comment la poésie peut s’opposer farouchement à l’existence, cherchant là une intensité absente de la vie, barrant ici le chemin à la médiocrité des humiliations quotidiennes. Rythmant encore le récit par de magnifiques dessins en échappées ou contrepoints, il condense Emily Dickinson en une cinquantaine de pages, tandis que Marina Tsvetaieva se taille la part du lion, blessé certes mais bataillant à armes inégales avec l’ours soviétique naissant puis triomphant.

La proximité avec son modèle russe se trouve renforcée par un récent voyage slave, en quête énamourée de l’âme d’un peuple. Tout est déséquilibre dans ce tome sous-titré «L’immense poésie». Contrastes entre les portraits et les paysages (exposés dès le 13 décembre à la galerie lausannoise RichterBuxtorf), entre puritanisme américain et passions russes, entre nostalgie très actuelle et devoir de mémoire. «Je ne peux pas vivre, je ne suis pas comme les autres. Je ne peux vivre qu’en rêve», écrivait Marina Tsvetaieva. Pajak doit approuver. (24 heures)

Créé: 06.11.2018, 12h37

Articles en relation

Pajak expose le dessin en art majeur

Exposition L’éditeur et artiste franco-suisse déclare son amour infini du medium au Musée Jenisch à Vevey en croisant 271 œuvres politiques et poétiques. Plus...

Le noir nombril du monde de Pajak

Rencontre Expo à Pully, sixième «Manifeste incertain», livre d’entretiens: le dessinateur-écrivain est partout. Aussi à Morges durant le week-end Plus...

Pajak décide de se perdre dans la vie de Vincent Van Gogh

Littérature dessinée Le cinquième tome du «Manifeste incertain» est une biographie. Surprise. Plus...

Dans sa quête singulière, Pajak rattrape l’affreux Gobineau

Littérature dessinée Le tome IV du «Manifeste incertain» poursuit le zigzag cher à l’auteur entre textes et dessins, sa vie et l’histoire des idées. Plus...

Le livre

«Manifeste Incertain, t. 7,
L’immense poésie»

Frédéric Pajak
Éd. Noir sur Blanc 320 p.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 novembre 2018
(Image: Bénédicte) Plus...