Passer au contenu principal

Quand les «gardians» de Camargue jouaient à Buffalo Bill

Dès 1905, les pionniers du muet tournèrent des «westerns-bouillabaises» dans le delta du Rhône. De quoi dégainer un beau livre.

Sam Stourdzé, patron des Rencontres d’Arles, et Estelle Rouquette, historienne, exhume un chapitre méconnu du cinéma. Imaginez la scène, vers 1905. Dans une manade en Camargue piaffe un cow-boy sorti d’une affiche de western américain, pupilles charbonneuses en prime. «Ça ne ratait pas, conte le pionnier du muet Jean Durand. Un sombre drame se nouait. Dans tous les films «camarguais», tu coupais pas au gardian cocu qu partait se noyer au taillant des Saintes. Comme si c’est pas assez triste d’être cocu!» Même sans l’accent, les photos de Western camarguais chantent la mémoire de cet épisode singulier.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.