Une «Ingénieuse Eugénie» pour élargir les rêves des filles

Littérature jeunesseA la demande d’un groupe de femmes architectes et ingénieures, l’auteure et illustratrice lausannoise Anne Wilsdorf a imaginé un joli livre qui montre qu’il n’y a pas que les garçons qui s’intéressent à la construction.

Anne Wilsdorf, dans son atelier lausannois, devant la planche originale de la couverture d'

Anne Wilsdorf, dans son atelier lausannois, devant la planche originale de la couverture d'"Ingénieuse Eugénie". Image: FLORIAN CELLA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

De son enfance passée dans plusieurs pays africains et en Patagonie, Anne Wilsdorf a gardé une grande capacité à ne pas brider son imagination. Et avoir les idées larges, c’est aussi, pour une fille, se rêver dans un métier traditionnellement connoté masculin.

L’auteure et illustratrice installée de longue date à Lausanne a donc tout de suite dit oui lorsqu’un groupe de femmes ingénieures et architectes l’a sollicitée pour un livre encourageant la relève féminine dans les métiers techniques et scientifiques.

Et ce même s’il n’y avait, à l’époque, pas le plus petit sou pour le budget: «J’ai toujours écrit des histoires sur des filles qui avaient des caractères forts, et j’avais travaillé juste avant pour une expo sur le genre, c’était une coïncidence amusante», raconte l’auteure de "Jujube", qui décrit l’histoire d’une petite Africaine qui sauve un bébé blanc menacé par un serpent, et décide de l’offrir à sa propre mère en cadeau d’anniversaire.

Du progrès à faire

«Je me bats depuis des années contre les clichés, poursuit-elle. Je ne suis pas cataloguée comme féministe, ça vient comme ça, naturellement. Je n’ai pas souffert de ça, car dessinatrice est un métier qu’on attribue facilement aux femmes, mais je trouve qu’il y a encore beaucoup de progrès à faire dans l’égalité. Les filles doivent pouvoir choisir.» Dans les illustrations qu’on lui demande pour des livres ou des revues, elle dit d’ailleurs avoir à recadrer parfois: «Trop souvent encore, les filles aiment les poupées et la dînette, et les garçons les trains électriques.»

Les instigatrices du projet, membres du réseau femme et sia, ont «flashé» sur Anne Wilsdorf justement «parce qu’elle fait des livres où les filles sont ingénieuses», raconte l’architecte lausannoise Anne-Claire Schwab Nicollier. Elles lui ont laissé carte blanche.

Plutôt qu’un ouvrage très didactique, l’auteure a choisi la voie poétique. De ses dessins à l’encre de couleur et ourlés de traits à l’encre de Chine, tracés dans son grand et lumineux atelier du quartier de Sévelin, est né Ingénieuse Eugénie. L’héroïne vit avec ses parents et son frère sur une île isolée. Elle rêve d’aller explorer la terre de Nullepart qui pointe à l’horizon. Mais il n’existe aucun moyen d’y accéder. Embarquant son cadet dans l’aventure, elle décide donc de construire un pont.

Sa quête initiatique sera aussi technique. L’ingénieuse sera aidée tour à tour par divers animaux, comme les castors qui offrent leurs savoir-faire de bâtisseurs, ou les lucioles qui éclairent le chantier. Malicieuse, Anne Wilsdorf a même été jusqu’à mettre des aiguilles à tricoter du fil d’araignée dans les mains de Nestor, le petit frère d’Eugénie. Elle s’amuse aussi à faire mentir la drôle de devise adoptée par les habitants de Nullepart: «Pour vivre heureux, ne soyons pas curieux.»

De l'humour et du sérieux

Au final émerge un récit très malin et bourré d’humour. Mais qui ne manque pas de sérieux puisque, pour évoquer les détails techniques avec justesse, la dessinatrice a rencontré un architecte spécialiste des ponts, qui lui a détaillé les divers types de constructions existantes.

Le thème du choix professionnel n’est pas explicite dans le livre, mais les 4 à 10 ans, à qui il est destiné, y liront qu’une fille peut sans problème empoigner scie et marteau, et se servir de la poussette de sa poupée comme chariot pour transporter ses outils. «Je voulais créer une vraie histoire, qui doit amuser autant les garçons que les filles, et qui peut se lire indépendamment du thème.» Pari réussi.

(24 heures)

Créé: 19.05.2015, 09h26

Référence

"Ingénieuse Eugénie"
Anne Wilsdorf
Dès 4 ans
La Joie de Lire, 44 p

Les stéréotypes restent forts

Pour les femmes ingénieures et architectes, il y a urgence: «Au départ, dans les études d’architecture, il y a 50% de filles, à la fin, il en reste 30%, et en emploi, plus que 20%», détaille l’architecte Anne-Claire Schwab Nicollier.

Chez les ingénieurs c’est bien pire: sur les bancs d’école, les filles sont 5 à 6%, et il n’en reste que 3 ou 4% sur le marché du travail. «Les stéréotypes restent forts, et pour que les filles aient envie de choisir ces métiers, il faut des modèles.» En plus du livre, un dossier pédagogique a été conçu en partenariat avec l’Espace des inventions, à Lausanne. Les deux publications ont reçu un bel accueil et ont été intégrées à la liste officielle des supports de cours disponibles pour les enseignants du canton.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 14 novembre 2018
(Image: Bénédicte) Plus...