Passer au contenu principal

«Jacques Chessex et son génie littéraire m’ont fait avaler bien des couleuvres!»

Dès les années 50, Jacques Chessex liait son destin à son ami et éditeur Bertil Galland, son aîné de 3 ans, avec lequel il multipliait les entreprises littéraires.

Aujourd’hui, l’homme qui a publié Corinna Bille, Georges Borgeaud, Maurice Chappaz, Jacques Mercanton, Alice Rivaz, Gustave Roud et Alexandre Voisard se souvient du contexte de l’émergence de l’écrivain qui lui en a fait voir de toutes les couleurs, mais qui a aussi le plus forcé son admiration par l’art de sa langue. Interview de l’un des protagonistes parmi les plus importants de l’édition romande de la seconde moitié du XXe siècle.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.