Jacques Roman invoque les folies rédemptrices

LittératureL’auteur lausannois rompt encore sa solitude avec «La majesté du terrible», suivi de «O Rato». Critique.

Jacques Roman, auteur et profanateur de superficialité.

Jacques Roman, auteur et profanateur de superficialité. Image: JEAN-CHRISTOPHE BOTT

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Jacques Roman tourne-t-il autour du pot dans «La majesté du terrible» suivi de l’indispensable «O Rato»? Oui, et dans le meilleur sens que l’on puisse prêter à l’expression. En inlassable arpenteur de l’épreuve des mots qui se place sous le signe de la mémoire, de la solitude et de la folie, l’écrivain tisse son œuvre autour d’un vide ou plutôt d’un indicible. «C’est bien devant un point aveugle, un tableau noir, en un angle fou, qu’ici je suis invité à me mettre en marche – au péril de la raison?»

Dans son texte polymorphe qui doit autant à l’essai qu’à la poésie ou à la nouvelle, l’intranquille cherche à circonscrire «le sens, le sens d’écrire, son sens et son mystère». Très à l’écart de la posture dénonciatrice qu’il pourrait adopter face aux bastions littéraires commerciaux – il manque d’ironie quand il assure que «le grand genre aujourd’hui, c’est le roman» –, Jacques Roman creuse, dans ce qui peut apparaître comme un rituel langagier de la connaissance par les gouffres, l’insaisissable trajectoire humaine, des émerveillements et des souffrances de l’origine jusqu’aux résistances de la fin.

Son usage des italiques, déclenchant des logiques sourdes ou déclamatives, rythme un propos étonnamment clair où il est question de persévérance butée, d’échappée libre, de condition expérimentale et de souci de soi. Dans ses variations, la solitude, comme la folie, ne relève pas d’une posture antagonique – l’individu contre la société – mais plutôt d’une stature rédemptrice, sauvetage d’une conviction intime qui passe parfois par la destruction de ses écrits.

Quant à la mémoire, réceptacle de l’élan des débuts, l’innocence ou la confiance bafouées de la jeunesse, elle illumine fatalement tous les présents. Jacques Roman adopte-t-il la poétique de la fuite? «La réponse, disait Blanchot, est le malheur de la question.»

Créé: 29.05.2019, 15h43

Un extrait

«Il n'était pas devenu anarchiste à l'âge de dix-huit ans. Il avait découvert à cet âge-là qu'il était anarchiste. C'est alors qu'il avait commencé à se demander non seulement depuis quand il l'était mais même si devenu adulte il pouvait se dire anarchiste puisque cet état, il le découvrait, devait tout à son enfance. En fait, très vite, la question posée en sa conscience il put lire la réponse: de l'anarchiste qu'il pensait être il était le dépositaire d'un souvenir. Que fait-on d'un deuil? On ne fait rien d'un deuil, c'est lui qui vous mène et par nature vous mène jusqu'à votre fin. Que peut-on en dire? Il faut le laisser parler, parler son dire fou, se peut-il d'enfant fou?»

Le livre

«La majesté du terrible» suivi de «O Rato»
Jacques Roman
Éd. de l’Aire, 110 p.

Lectures

Jacques Roman est aussi comédien et lecteur exceptionnel. A l'Espace Eclair de Lausanne, il donne à entendre «Le gros poisson du lac» de Charles-Ferdinand Ramuz.
Lausanne, Espace Eclair
Ve 31 mai (19h30), sa 1er juin (11h), di 2 juin (16h), ve 7 juin (19h30) et sa 8 juin (11h30).
Rens.: 079 740 17 50.
www.eclairespace.com

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...