Du jamais vu dans les années 1930

PhotographieLes images des frères Henkin trouvent enfin le chemin de la lumière dans un beau livre.

Evgeny Henkin avec une amie, golfe de Finlande, environs de Léningrad. Les autoportraits des frères Henkin sont plutôt rares.

Evgeny Henkin avec une amie, golfe de Finlande, environs de Léningrad. Les autoportraits des frères Henkin sont plutôt rares. Image: THE HENKIN BROTHERS ARCHIVE

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’époque aime réveiller les trésors dormants de la mémoire visuelle. Le cas récent le plus célèbre était celui de Vivian Maier, nourrice américaine dont plus de 100000 clichés avaient resurgi à la faveur de chineurs. Le corpus des frères Henkin, Yakov (1903-1941) et Evgeny (1900-1938), se limite à 7000 images mais délivre lui aussi son lot de surprises et de redécouvertes, comme le dévoile le beau livre que viennent de publier les éditions Noir sur Blanc et qui réunit 180 photographies de ces deux Russes nés avant la révolution de 1917.

Olga Walther, petite-fille de Yakov Henkin désormais établie à Lausanne, revient sur la mise au jour de ces négatifs qui sommeillaient dans les archives familiales. «Pourquoi ma grand-mère les a-t-elle gardés? Probablement parce qu’il s’agissait de souvenirs de son époux. Toujours est-il que ces cartons ont survécu à tous les déménagements, sans qu’ils ne soient jamais jetés. Au fil des ans, mon père y a même ajouté ses négatifs.»

Un siècle à l'ombre

Il a fallu attendre le début du nouveau millénaire et la curiosité d’amis photographes pour que les premiers tirages soient tentés. «Que cela ait pu se faire tenait du miracle, car, pendant toutes ces décennies, les conditions de conservation étaient loin d’être optimales: chaleur, humidité...» Les expériences sont concluantes, mais il faut attendre 2012 pour que débute un processus de numérisation de cette somme, avant qu’une première exposition à l’Ermitage de Saint-Pétersbourg en 2017 ne la donne à voir au public.

Avec le volume des éditions Noir sur Blanc, l’attention s’élargit encore et l’on découvre des vues étonnantes issues d’une période historique, les années 1930, que l’imaginaire collectif croyait avoir figée dans l’assombrissement politique menant à la guerre. Evgeny est basé à Berlin et Yakov à Léningrad. Il est donc tentant de penser qu’ils vont anticiper les horreurs du nazisme pour l’un et du stalinisme pour l’autre.

Il n’en est rien, car les frères Henkin ne photographient pas dans une visée prédéfinie et ne semblent pas avoir eu d’employeurs pour cette activité qui tenait plus du hobby. De cette photographie vernaculaire, on retient le plus souvent une appétence pour la modernité et une insouciance assez joyeuse qui ne laissent rien présager des temps sombres qui se préparent. En ce sens, ces images pourraient être d’aujourd’hui...

Créé: 28.12.2019, 09h54

Quelques détails



Pariser Strasse, Berlin. Une image d’Evgeny, qui était basé à Berlin.




Le théâtre Aleksandrinski de Léningrad.




Des acrobates. Amateur de sport, Yakov affectionne les images dynamiques.




Des nageurs devant l’objectif de Yakov.

Le livre

«Les Frères Henkin – Photographes à Leningrad et Berlin»
Yakov et Evgeny Henkin
Éd. Noir sur Blanc, 288 p.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.