Votre navigateur est obsolète. Veuillez le mettre à jour avec la dernière version ou passer à un autre navigateur comme ChromeSafariFirefox ou Edge pour éviter les failles de sécurité et garantir les meilleures performances possibles.

Passer au contenu principal

Le jeune auteur vaudois Adrien Gygax se penche sur les «bonheurs de vieux»

Avec «Se réjouir de la fin», Adrien Gygax signe un récit nuancé, délicat et poétique.

Pourquoi écrit-on sur ce thème à 30 ans?

Votre texte est si différent du premier qu’on croirait que vous avez pris 50 ans?

Ces petits bonheurs de vieux, vous les avez imaginés ou vous avez mené l’enquête?

Votre héros n’a pas démissionné, il continue à apprécier les petits plaisirs de la vie...

Votre héros s’autorise à ne plus être concerné par le monde, à ne plus changer d’avis, des attitudes peu valorisées par la société…

Vous évacuez les questions religieuses en une phrase…

Selon vous, il y aurait un certain réconfort à être «au bout de ses peines»?