Le Larousse et le Petit Robert 2019 donnent la météo sociétale

DictionnaireLes mots inédits désormais officialisés peuvent devenir des indicateurs de tendances.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Malgré les correcteurs d’orthographe, les tweets et autres raccourcis «entoilés», le Larousse persiste depuis 1905 à souffler ses graines au vent. Lancé en 1967, son concurrent, le Petit Robert, suit la même évolution. Ainsi, l’objet dictionnaire se modernise, désormais relayé par une activation de site Internet sonorisé et pourvu d’un «conjugateur» de verbes – sans «nigauder» ou «tatillonner».

Dans le détail, l’édition 2019 du Larousse enregistre 150 nouveaux mots, ne craint pas de prospecter en francophonie avec plus de 2000 régionalismes. Parrain du pavé illustré, l’historien Jean-Noël Jeanneney insiste sur la fonction de «vigie et vigile» d’une telle publication, remarquant que l’introduction d’un terme coïncide souvent avec un fait sociétal marquant. L’égyptologue genevois Charles Bonnet s’en verra flatté, seul Suisse ayant les honneurs de figurer parmi les quarante personnalités entrantes. Tout comme le joueur d’échecs norvégien Magnus Carlsen, le bédéaste français Manu Larcenet ou la romancière canadienne Louise Penny. Plus étranges en sont les arrivées tardives, l’acteur américain Sidney Poitier, l’écrivain nippo-britannique Kazuo Ishiguro ou le musicien Maxime Le Forestier. À suivre en juin dans le Petit Robert des noms propres.

Désormais, notent les lexicographes du Larousse, «confiants dans la robustesse du français», il sera possible de «s’acagnarder» dans l’oisiveté, «mugueter», «douciner», «cadeauter» et même «se faire péter la miaille» avec les dames autour d’une «mouille-bouche». Plus contemporain, le «flexitariste» adepte de «superaliment», souffrant de «boboïsation», bossant en «staruper» une «vapoteuse» à la main, pourra se confondre avec une «geekette» sur son «vlog». Signe des temps, le franglais ravage en effet dans les deux éditions. Impossible langue «low cost» à éviter, de «couponing» en «open access». De quoi reconsidérer sa viande «teppanyaki» sur le «barbecue» tout en devisant «biérologie» ou à l’identique en plus savant, de «zythologie».

Du côté du Petit Robert, même son de cloche. Le numérique inspire pas mal de termes nouveaux, du «blockchain» qui permet de valider n’importe quel type de données, au «darknet» qui n’est accessible que par des logiciels qui «anonymisent» les utilisateurs, en passant par l’inévitable «Facebook». En matière de phénomènes de société, ce dictionnaire introduit encore le très politique «dégagisme», tout comme le «cosplay», soit se déguiser en personnage de fiction. Sur la table, pas de «gyoza», ces raviolis épicés fêtés par le Larousse, mais des «bredele» dans le Robert, pour les amateurs de petits gâteaux alsaciens. Bref, les amateurs de Scrabble pourront aller picorer dans leur dictionnaire préféré. Les «bêta-lecteurs», soit les «personnes non professionnelles proposant via Internet un avis ou des corrections sur la version provisoire d’un texte avant publication, se fieront selon la tradition au dico qui sème à tout vent. (24 heures)

Créé: 15.05.2018, 16h26

Infos pratiques

Le Robert illustré
Dès le 19 mai

Le Petit Robert de la langue française
Le Petit Robert des noms propres
Dès le 28 juin

Le Petit Larousse
Dès le 23 mai

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

«Les agriculteurs sous pression et les vaches orphelines», paru le 26 mai 2018
(Image: Valott) Plus...