Lauren Groff dans les marécages de «Floride»

LittératureAprès le prenant «Les furies», l’Américaine revient à la nouvelle lestée de fantastique. Critique.

Après le formidable succès de ses furies, Lauren Groff s'insinue dans la nouvelle avec un penchant parfois trop prononcé pour le fantastique.

Après le formidable succès de ses furies, Lauren Groff s'insinue dans la nouvelle avec un penchant parfois trop prononcé pour le fantastique. Image: MEGAN BROWN/LDD

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il paraît douteux que Barack Obama réédite son geste de critique littéraire en acclamant le dernier ouvrage de Lauren Groff comme il l’avait fait en 2015 pour son roman «Les furies». Et, côté lecture, mieux vaut ne pas trop compter sur Donald Trump. Dans «Floride», recueil de nouvelles qui entretiennent toutes un lien (plus ou moins trouble) avec le «Sunshine State», l’Américaine donne plutôt sa préférence aux cyclones et aux serpents.

La douleur sourd au fil de ces onze récits où les tempêtes hurlent le plus souvent dans les têtes et où les reptiles ajoutent quelques écailles aux angoisses des protagonistes, plus souvent des femmes que des hommes, même quand les ombres sont portées par la gent masculine.

Pas de trompe-l’œil solaire avec lézarde à l’arrière-plan – à l’exception peut-être de «Et le chien devient loup», oppressant avec ses deux petites filles abandonnées sur une île – mais plutôt des intempéries et des rampants qui font écho au mal-être de personnages souvent banals, pris dans des soucis de couple très ordinaires. Lauren Groff sait instiller des climats, ambiances où l’étrangeté confine au fantastique. Mais elle va souvent trop loin, invoquant des hallucinations trop belles pour avoir un sens (l’inopiné retour du père mort de «L’œil du cyclone») ou imaginant des configurations alambiquées («Yport»). Trop d’effets tuent l’effet… Las, une impression de train fantôme finit par transparaître dans ce recueil qui a tout de même remporté le Story Prize et terminé finaliste du National Book Award en 2018. (24 heures)

Créé: 12.06.2019, 20h32

Un extrait

«En Floride, dès que vous sortez, vous pouvez être sûr qu'un serpent vous guette: enfouilli dans le paillis, dans les buissons, attendant sur la pelouse que vous sortiez de la piscine pour qu'il puisse aller s'y noyer, guignant vos mignons mollets en se demandant ce que ça ferait d'y planter les crocs. (in «Histoires de Serpents»)»

Le livre




Floride
Lauren Groff
Ed. de l'Olivier, 302 p.

Articles en relation

Inventif et célébré, «Les Furies» de Lauren Groff dresse un portrait du roman actuel

Littérature Chaudement conseillé par Barack Obama en 2015, le récit de l’auteur américain a tout pour plaire et se lit d’une traite. Pour en arriver où? Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.