Manu Larcenet: «Le dessin, c’est être ailleurs»

Bande dessinéeL’auteur achève le lecteur dans «Le rapport de Brodeck», un sommet du trait noir. Coup de fil à un ermite dans le Beaujolais.

Brodeck, l’auteur du fameux rapport, revient au village après son séjour dans le camp de prisonniers.

Brodeck, l’auteur du fameux rapport, revient au village après son séjour dans le camp de prisonniers. Image: Manu Larcenet

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Vous vous demandez quelle tête peut avoir l’auteur? Regardez celle qu’il a dessinée à l’Anderer dans Le rapport de Brodeck. Le Polza de Blast, c’était déjà Manu Larcenet. Des personnalités étranges, pour ne pas écrire étrangères, dont le comportement détonne. Manu Larcenet, qui ne fait plus mystère de sa bipolarité, se déclare volontiers solitaire, ermite même. Il ajoute: «Inadapté congénital.» Ce qui ne l’empêche pas d’avoir deux gosses et une épouse. Il y a un an L’autre, premier tome du Rapport de Brodeck, adapté du roman de Philippe Claudel, claquait au visage de ses nombreux lecteurs. Cette descente aux enfers dans un village du bout du monde non situé, mais occupé par des soldats aux méthodes rappelant étrangement celles des Allemands de 39-45, racontait deux vies. Celle de l’Anderer, l’artiste qui vient curieusement s’y établir, et celle de Brodeck, chargé de consigner son élimination. L’ambiance reste au sombre dans L’indicible, seconde partie. Le tout tient du chef-d’œuvre de la bande dessinée noire et blanche.

«Adapter s’est pourtant révélé presque aussi dur qu’écrire. Il faut respecter les scènes, ne pas trahir le texte, ne pas se mettre à l’encontre du propos»

«Je n’avais jamais adapté de roman. Après les 800 pages de Blast, je ne souhaitais plus écrire. Je pensais que ce serait facile. En lisant le texte, toutes les scènes me parlaient. Adapter s’est pourtant révélé presque aussi dur qu’écrire. Il faut respecter les scènes, ne pas trahir le texte, ne pas se mettre à l’encontre du propos. Lorsqu’on écrit soi-même, on peut se permettre de changer, de se montrer paradoxal. Je n’ai pratiquement rien touché au texte. J’ai raccourci des phrases pour des raisons esthétiques. Et j’ai écarté les chapitres qui ne se passaient ni au village ni dans le camp de prisonniers. On apprend dans le roman pourquoi Brodeck passe pour le savant de service: il a étudié à la ville. Cette précision ne me paraissait pas utile dans la bande dessinée, où l’unité d’ambiance me semblait primordiale.»

Le voyage pour l’auteur du Combat ordinaire et du Retour à la terre (avec son ami Jean-Yves Ferri) a duré près de trois ans. Car Larcenet ne travaille plus en cases et planches. «J’utilise de grandes feuilles (ndlr: environ 70 × 50 cm), sur lesquelles je peins direct à l’encre de Chine sans crayonné et à l’aide de gros pinceaux afin d’obtenir une matière organique. Autrefois, je produisais une planche par jour, là ça m’en prenait trois. Je n’ai jamais été aussi réaliste. Je me suis acheté plein de bouquins anatomiques, notamment pour les expressions des visages. J’avais fait ça à l’école, mais j’ai dû réapprendre.»

La nature temple de l’atrocité muette

L’expressionnisme reste présent. Une cohorte de faces de brutes mène la danse dans un territoire glacé. Le format à l’italienne resserre les cases. On étouffe un peu lorsque les villageois prennent le pas sur l’espace. La nature se fait temple de l’atrocité muette. Les animaux, une vraie marotte pour l’auteur, rassurent. Une belle alternance entre pages avec bulles et muettes pimente le suspense.

«Ces silences, je les ai piqués au cinéaste Jim Jarmusch. Les scènes un peu violentes, il les fait courtes. Puis il profite d’en placer des lentes. Ce qui donne aux spectateurs le temps de réfléchir. Chez moi, cela permet de ne pas assommer le lecteur, ni moi par la même occasion.» Il rit.

L'influence de Comès, d'Hermann ou de Tardi

On lui demande si Comès est important pour lui. Il répond avoir énormément lu et relu Silence, ado. Alors, bien sûr, ça ressort. Il cite aussi Hermann et Tardi. Manu Larcenet déclare avoir la chance de pouvoir se consacrer entièrement à la BD. Il ne fait pas d’illustrations, ne prend jamais de croquis à l’extérieur, dessine les animaux sur photos, évoque le chamanisme: «Le dessin, c’est être ailleurs. Quand je dessine, je suis dans un autre monde, dans un autre temps, dans une autre perception.»

Manu Larcenet aime compartimenter sa vie. Son atelier se trouve à vingt kilomètres de chez lui, dans le Beaujolais. Ce qui ne l’a pas empêché de trouver comment dessiner la tête des soldats envahisseurs en cuisinant du steak haché pour ses enfants. «Cela faisait plusieurs jours que je cherchais un visage unique pour tous les soldats. Ça partait du rond avec rien jusqu’à des peaux noires. Je me suis dit alors: cette viande qui dégouline pourrait leur faire une belle peau.» (24 heures)

Créé: 16.06.2016, 19h31

La BD



«Le rapport de Brodeck (2):
L’indicible»

Manu Larcenet
Dargaud, 168 p.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

La caisse maladie demande aux thérapeutes de revoir leurs tarifs à la baisse «pour correspondre aux conditions du marché». Si tel n'est pas le cas, leurs prestations ne seront pas remboursées. Paru le 23 août.
Plus...