Manu Larcenet se moque de la page blanche avec «Thérapie de groupe»

Bande dessinéeLa nouvelle série se joue de la vie de l’auteur, qu'il représente en star en panne d’inspiration.

Une des nombreuses interviews avec Jean-Jacques.

Une des nombreuses interviews avec Jean-Jacques. Image: Dargaud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

A 50 ans, Manu Larcenet continue une œuvre atypique dans la BD française. Fan de Druillet comme de Gotlib ou de Fred, il livre des séries au genre divers, mais qui distillent toujours un fond de désenchantement qu’habille plus ou moins d’humour. Dans «Blast», multirécompensé, on ne rit pas du tout de cette Grande Carcasse, tueur en série en désastre psychique raconté en noir et blanc. Par contre, on s’est beaucoup amusé des six volumes du «Retour à la terre» qui s’inspirait du déménagement à la campagne de l’auteur. On a souri avec le Marco du «Combat ordinaire», photographe qui cherchait sa place dans un monde toujours plus déshumanisé.

Voilà le bédéaste français qui lance une nouvelle aventure en cette nouvelle décennie, avec évidemment la créativité qui est la sienne. Et, justement, tout tourne autour de ladite créativité. Le héros de «Thérapie de groupe», Jean-Eudes de Cageot Goujon, alias Manu Larcenet, est un auteur de BD au sommet de sa gloire. Mais il ne trouve plus d’idées, il est sec. Appelant à son secours aussi bien la pharmacie que Leonard de Vinci, Dieu, Cézanne ou les mangas, Larcenet (le vrai) s’amuse beaucoup à livrer de petites histoires courtes en de multiples styles, qui témoignent du désarroi de Larcenet (le héros).

Face à Jean-Jacques, le journaliste qui ne cesse de l’interviewer à la radio, le dessinateur discute philosophie et suicide tout en restant très drôle, de cet humour un peu désespéré qui transcende les histoires du vrai Larcenet. Mais il pose aussi de vraies questions sur l’inspiration artistique, sur le travail du créateur et sur la finalité de l’œuvre en général. Depuis l’homme préhistorique qui dessinait des mammouths laineux avec réalisme sur les murs de sa grotte au plafond de la chapelle Sixtine voulu par Leonard, comment naît réellement l’art.

On se réjouit déjà de découvrir dans les prochains tomes la suite de la réflexion de l’auteur dépressif mais rigolo.

Créé: 08.01.2020, 11h29

Articles en relation

L’éternel retour de Larcenet

Bande dessinée L’artiste à l’arborescence multiple refleurit dans «Le retour à la terre» dont il s’arrachait il y a dix ans. Plus...

Manu Larcenet: «Le dessin, c’est être ailleurs»

Bande dessinée L’auteur achève le lecteur dans «Le rapport de Brodeck», un sommet du trait noir. Coup de fil à un ermite dans le Beaujolais. Plus...

Manu Larcenet se saisit du «Rapport de Brodeck»

Bande dessinée L’auteur du «Combat ordinaire» adapte le livre de Philippe Claudel. Beau et si sombre Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.