Passer au contenu principal

Mélanie Chappuis invite dans l’intimité d’une «sorcière» moderne

Dans «La Pythie», en lice pour le Prix des lecteurs de la ville de Lausanne, une femme dotée d’un étrange pouvoir part en quête d’elle-même.

Mélanie Chappuis est en lice pour le Prix décerné par les lecteurs lausannois avec "La Pythie".
Mélanie Chappuis est en lice pour le Prix décerné par les lecteurs lausannois avec "La Pythie".
SÉBASTIEN AGNETTI

S’engagerait-on dans une histoire d’amour si on en connaissait d’emblée l’issue? Un don qui ressemble davantage à une malédiction pour Adèle, l’héroïne de «La Pythie». À 22 ans, la Genevoise aux origines chiliennes se découvre un curieux pouvoir: une vision s’invite durant l’orgasme, qui lui révèle comment vont mourir ses amants. Il lui est impossible de savourer la joie d’un amour naissant, car très vite surgit devant ses yeux la fin d’une histoire qui n’en est en réalité qu’à ses prémisses. Sans compter son incapacité à sauver la vie de ces hommes, qui ne croient pas à ce qu’elle leur annonce.

Mélanie Chappuis, en lice pour le Prix des lecteurs de la ville de Lausanne, rencontrera le public ce samedi. Elle poursuit dans ce texte son exploration du féminin après «Frida», «Ô vous sœurs humaines» ou «Maculée conception».

Refusant d’abord cette clairvoyance renvoyant à la figure de la pythie ou de la sorcière, son héroïne cherche des réponses qui permettent à l’auteure d’aborder divers thèmes: l’orgasme féminin comme moyen d’accès à un état de conscience modifié, l’amour entre femmes, la prostitution ou la réincarnation.

Quête initiatique jusqu'au Chili

Mélanie Chappuis lance ensuite Adèle sur la piste de ses ancêtres chiliens. Au cœur de la forêt andine, elle s’initie à l’art de communiquer avec les esprits auprès d’une guérisseuse mapuche. Fille de diplomate, l’écrivaine installée à Genève a notamment vécu en Amérique latine. Cette ode à la quête de soi, qui lui a aussi été inspirée par une chamane mongole, rend hommage à cette part mystérieuse du féminin, diabolisée dans la figure de la sorcière.

Le livre offre de beaux moments descriptifs et poétiques, ainsi qu’une intéressante plongée dans la civilisation mapuche, pointant le manque de connexion de la vie moderne avec la nature. On regrettera une narration qui dilue le propos à vouloir suivre toutes les étapes de l’évolution d’Adèle, certaines formules ou situations cliché, et un happy end improbable.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.