Passer au contenu principal

Pascal Vandenberghe, bouquineur aux mains d'argent

Dans «Cannibale lecteur», le patron de la librairie Payot déambule dans son jardin livresque intime. Surnommé «l’ogre», ce mordu de classiques y révèle des appétits sophistiqués.

Patrick Martin

Au détour de la conversation, Pascal Vandenberghe se lâche parfois. Ainsi sa crinière faunesque ne doit rien au rock’n’roll mais symbolise un tournant. «En 2007, je décide de faire table rase, je pars un temps en Bretagne me vider du superflu. La mer, grande baie vitrée. Je m’affranchis de balises qui m’avaient été nécessaires. Je garde les cheveux longs.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.