Les pirates partent à l’abordage de la littérature jeunesse

PhénomèneLes corsaires et rois de la flibuste attaquent en force à la rentrée. Tour d’horizon.

Drake, au XVIe siècle, capture les galions espagnols pour Élisabeth Ire, comme le raconte «Pirates» (Éd. de La Martinière).

Drake, au XVIe siècle, capture les galions espagnols pour Élisabeth Ire, comme le raconte «Pirates» (Éd. de La Martinière). Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Si la littérature jeunesse possède ses stars increvables – ours, sorcières, etc. – le secteur voit parfois des revivals rafraîchissants. Ainsi des embruns oxygénés que promet une armée de pirates cet automne.

Une première vague s’offre d’ores et déjà, avant une dizaine de titres annoncés. L’érudit «Pirates!» (Éd. de La Martinière) célèbre l’histoire des plus illustres bandits des mers avec méthode. Du corsaire impitoyable Barberousse, qui conquiert Alger au XVIe siècle, à la Chinoise Ching Shih au XIXe, capitaine non moins héroïque à la tête de ses 2000 jonques, la documentariste Caroline Fait et le dessinateur Djilian Deroche remettent onze légendes sur leurs deux jambes. Autre classique instantané, la relecture de «L’île au trésor», de Robert Louis Stevenson (Éd. Casterman), par Benjamin Bachelier et Aurélien d’Almeida.

Pour une fois, malgré un texte condensé par rapport à la version originale, les auteurs ne subiront pas les supplices de la planche ou du gibet, tant le dessin charbonneux emporte.

Dans un genre romanesque beaucoup plus «Angélique, marquise des anges», «Le pirate de cœur» (Éd. Albin Michel) s’adresse aux cœurs tendres, illustré avec joliesse par Justine Brax, une recrue de Benjamin Lacombe. Car le répertoire s’offre dans toutes les variantes générationnelles.

À signaler, la réédition du spectaculaire pop-up «Piratomania» (Éd. Milan), les explicatifs «Insubmersible almanach de l’océan» (Éd. Le Lumignon), «Dis pourquoi - Les pirates» (Éd. Deux Coqs d’Or) ou pour les corsaires en culottes très courtes «Ti-pirate» (Éd. Lito). Un titre mettra néanmoins tous ces hors-la-loi d’accord, «Comment ratatiner les pirates et les araignées» (Éd. P’tit Glénat). Catherine Leblanc, experte en «ratatinage» des idées les plus noires, réédite en coffret ce double manuel essentiel à la survie sur une île déserte. Avec cette sexagénaire farceuse, les affreux méchants peuvent débarquer: même pas peur.

Créé: 06.08.2019, 10h29

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 19 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...