Passer au contenu principal

Le Prix du polar romand sacre un voyage au bout du désespoir

«Glory Hole», de Frédéric Jaccaud, plonge dans les abîmes de l’industrie porno du Los Angeles des années 80.

Frédéric Jaccaud a reçu le Prix du polar romand, mercredi au théâtre de Vidy.
Frédéric Jaccaud a reçu le Prix du polar romand, mercredi au théâtre de Vidy.
ARC/Jean-Bernard Sieber

Jusqu’où peut-on aller pour honorer une promesse d’enfance? Jusqu’en enfer, répond Frédéric Jaccaud dans «Glory Hole». Son roman a reçu, mercredi soir, le Prix du polar romand 2019 lors d’une soirée spéciale au Théâtre de Vidy. Le Vaudois, qui est par ailleurs conservateur à la Maison d’Ailleurs à Yverdon, immerge le lecteur dans le glauquissime milieu des films pornos du Los Angeles des années 80.

À l’orphelinat, Michel, Jean et Claire s’étaient promis de ne jamais se séparer. Mais voilà l’une happée par des rêves de gloire, les deux autres vivotant sans joie. Reconnaissant la jeune femme dans les pages d’une revue porno, les deux hommes balancent leur vie en France pour partir en quête de leur amie. En Californie, les inséparables s’enfoncent dans l’envers des décors sommaires des films pornos. Ils paient de leur personne et s’engluent dans un univers empilant les strates de boue. Une industrie tenue par de richissimes cyniques qui essorent et humilient les corps et les âmes.

Le récit, roman noir bien davantage que polar, autopsie avec lenteur une mécanique d’emprisonnement volontaire qui finit par échapper complètement aux deux antihéros. Et dénonce au passage la volonté de jouissance à tout prix, la vacuité d’une certaine jeunesse dorée, celle des discours sur l’art contemporain, tout comme la récupération de la pornographie par certains artistes. Une traversée dont le lecteur ne ressort pas indemne.

Le jury a salué «l’univers implacable et l’écriture puissante de «Glory Hole», un livre «noir, mélancolique et intransigeant», mais aussi «trash, osé et sombre». Il souligne «l’ironie désespérée avec laquelle l’auteur retrace leur aventure dans le cœur triste et sale de notre société».

«Glory Hole» est le cinquième livre de Frédéric Jaccaud, qui a publié trois polars dans la Série noire de Gallimard, dont «Hécate». Neuf autres auteurs étaient en lice pour le prix. Dans le trio des finalistes figuraient Marie-Christine Horn pour «Le cri du lièvre» (BSN Press) et Olivier Beetschen pour «L’oracle des loups» (L’Âge d’Homme).

Organisé par le service lausannois des bibliothèques et archives, le prix de 3000 fr. était remis cette année indépendamment du festival Lausan’noir, absent du calendrier. Après le retrait de la Fondation pour l’écrit, le rendez-vous a été repris par l’association Polar romand et Grand Chelem, sous la direction artistique d’Isabelle Falconnier, déléguée lausannoise à la politique du livre. Il reviendra en mai 2020. Et le prix du polar avec.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.