Passer au contenu principal

Quentin Mouron et Roland Buti en lice pour le Prix des lecteurs de leur ville

Six auteurs romands devront gagner les faveurs d’un jury de Lausannois présidé par Romaine Jean.

De gauche à droite: Antonio Albanese, Mélanie Chappuis, Matthieu Mégevand, Quentin Mouron, Fabienne Bogadi et Roland Buti.
De gauche à droite: Antonio Albanese, Mélanie Chappuis, Matthieu Mégevand, Quentin Mouron, Fabienne Bogadi et Roland Buti.
SÉBASTIEN AGNETTI

Le Prix des lecteurs de la Ville de Lausanne, c’est reparti pour une sixième édition. La formule bien rodée revient avec, comme chaque fois, des auteurs inédits. Les Lausannois Roland Buti, Quentin Mourron et Antonio Albanese, le Genevois Matthieu Mégevand, et les Genevoises d’adoption Mélanie Chappuis et Fabienne Bogadi. Leurs livres seront soupesés et départagés par un jury populaire composé uniquement de Lausannois, sous la présidence de la journaliste Romaine Jean. L’équipe aura la responsabilité d’attribuer une récompense dotée de 20'000 francs.

La sélection se plaît à nouveau à montrer la diversité des voix de la littérature romande. Avec «Vesoul, 7 janvier 2005» (Olivier Morattel Editeur), Quentin Mouron entraîne sur les pas d’un jeune Suisse qui fuit son pays pour échapper à l’administration. Il rencontre un cadre financier se rendant à un congrès à Vesoul. Cette trame simple se déplie en un récit jouissif mêlant style picaresque, farce et satire sociale.

Antonio Albanese emmènera le lecteur dans un récit dont le titre fait immédiatement voyager. «La disparition des arc-en-ciels dans les rivières du Montana» (à paraître en septembre à L’Age d’homme) lance le journaliste genevois Ernesto Piron dans l’Ouest américain, pour résoudre le mystère de la désertion des truites arc-en-ciel. Avec «Grand National» (qui vient de sortir chez Zoé), Roland Buti installe Carlo, jardinier paysagiste, dans un moment critique de sa vie, entre sa femme qui l’a quitté et sa mère qui fuit l’EMS pour revivre sa jeunesse dans un palace de la Riviera qui fleure bon la nostalgie.

Dans «La Pythie» (Ed. Slatkine), Mélanie Chappuis met en scène un curieux personnage: Adèle Meurice, 22 ans, qui peut «voir» la mort, proche ou lointaine de ses amants au moment de l’orgasme. Un don qui pousse l’héroïne dans une quête identitaire qui va jusqu’au chamanisme. Héroïne mystérieuse aussi dans «Les immortelles» de Fabienne Bogadi (L’Age d’homme), Dea pense échapper à un monde paysan dominé par des hommes ténébreux en suivant un bel inconnu en ville. Amour, désir, violence forment ici une fable tragique.

Enfin, Matthieu Mégevand mêle dans «Lautrec» (Ed. Flammarion) histoire littéraire et fiction pour raconter l’histoire du peintre de génie à la vie dissolue, mort à 36 ans. Une rencontre publique avec chaque auteur est prévue dès le 5 octobre à 11h avec Quentin Mouron, pour finir avec Antonio Albanese le 7 mars. Le prix sera remis le 8 avril 2020 au Théâtre de Vidy.

----------

Les habitants du Grand-Lausanne qui souhaitent faire partie du jury ont jusqu’au 25 septembre pour envoyer leur candidature à prixdeslecteurs@lausanne.ch

www.lausanne.ch/prixdeslecteurs

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.